749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ROBOCOP

 

GENRE : CRS US

REALISATEUR : José Padilha

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : 100 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Joel Kinnaman, Gary Oldamn, Michael Keaton...

 

RESUME : Les services de police inventent une nouvelle arme infaillible, Robocop, mi-homme, mi-robot, policier électronique de chair et d'acier qui a pour mission de sauvegarder la tranquillité de la ville. Mais ce cyborg a aussi une âme...

 

MON HUMBLE AVIS

La mode est au remake de grands succès. Et, il n'est pas étonnant que ce fleuron du cinéma de SF sont remis au goût du jour. Difficile pourtant de passer après le hollandais violent et son film à la fois plastique et sanglant. Même si l'histoire de base reste similaire, ce Robocop 2014 est plus axé sur l'action que sur une réflexion politico-sociale.

En choisissant José Padilha (Tropa de Elite 1 et 2) les producteurs ont choisi la veine réaliste, urbaine qui avait fait le succès de ces petites bombes brésiliennes. D'ailleurs, dès le début, on reconnaît la patte caméra à l'épaule et le combat de rue du réalisateur des affrontements des gangs des favellas et du BOPE. Peut-être un peu trop car le film est une succession de scènes d'actions pétaradantes à l'instar du remake de Judge Dredd, dont il se rapproche dans le traitement. Les gunfights se succèdent à un rythme d'enfer entre délinquants, robots-flics et un Robocop à la plastique différente de l'original.

Dès le départ, il possède une armure toujours grise mais plus fine et plus élancée. En revanche, dès qu'il enfile son costume noir, Robocop se retrouve engoncé dans une armure trop étroite pour lui et à mon goût très fade. A l'image de son acteur principal (Joel Kinnaman) en Alex Murphy aussi anonyme et impersonnel que sa carapace sombre.

Hormis la scène réussie où Robocop se fait dessosser entièrement montrant les seuls organes qui lui restent (le visage, une main et les poumons) le reste de son carcasse se greffant à lui, la majeure partie du métrage frôle l'overdose de combats qui ne renouvellent en rien le thème initial. Le pan politique sur l'état-policier, la réflexion sur l'existence d'un être mi-homme, mi-machine sont littéralement balayés au profit d'un actioner assez bourrin, certes pas mal fait, mais quand même répétitif.

A grands coups d'effets spéciaux (pas toujours de qualité, comme quand Robocop court après sa 1ère évasion), le réalisateur tente d'insufler une vie à l'intérieur de son film, mais le résultat ne décolle jamais vraiment du fait d'un manque d'empathie pour les personnages (un Samuel L. Jackson encore en roue libre) et d'un scénario qui ne parvient pas à s'affranchir et à dépasser le Robocop original, qui hante encore notre rétine.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 17
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 10 juin 2014 21:10)

    Vu tout l'amour que je porte pour le premier film (et sa suite aussi!), je sais déjà que je ne dois rien attendre de celui-ci, la déception sera évidente. Je le verrai dans quelques années mais c'est sûr que je vais pas me presser, d'autant que tu confirmes mes craintes...

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 10 juin 2014 21:14)

    Il ne faut surtout pas le comparer au chef-d'œuvre de Veroehven qui, de toute façon, se suffit à lui-même.

  • #3

    Avel (mardi, 10 juin 2014 21:34)

    Je vais m'en passer. J'aime trop l'original et je ne vois pas l’intérêt de celui-ci pour moi. :) Comme tu le dis celui de Veroehven se suffit à lui-même.
    (à en voir les affiches je trouvais aussi l'armure de ce nouveau robocop un peu trop mince ^^)

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 10 juin 2014 21:37)

    C'est vrai que l'armure est pour moi un souci, le fait qu'il puisse bouger comme il veut. Il peut même passer par dessus un mur. Limite il vole...

  • #5

    alice in oliver (mercredi, 11 juin 2014 08:03)

    très décevant, Robocop est passé d'un Jésus américain (la version de 87) à un smartphone sur deux pattes

  • #6

    Mr Vladdy (mercredi, 11 juin 2014 17:41)

    On m'en avait dit tellement de mal que je m'attendais à pire. Au final, c'est sûr que ça vaut pas le film de Verhoeven mais ça reste un divertissement plutôt correct et bien ficelé ;-)

  • #7

    laseancearoggy (mercredi, 11 juin 2014 19:12)

    A Alice in oliver,
    Robocop 2.0 en quelque sorte :)

  • #8

    laseancearoggy (mercredi, 11 juin 2014 19:17)

    A Mr Vladdy,
    Pour être franc, je me suis limite endormi sur la fin du film malgré les scènes d'action...

  • #9

    alice in oliver (jeudi, 12 juin 2014 07:36)

    ou plutôt smartphone version robocop.

  • #10

    Kapalsky (jeudi, 12 juin 2014 09:15)

    A défaut de se comparer au classique de 1987, on pourra toujours dire que c'est un divertissement rigolo. Dispensable, sans grande chose à dire, mais rigolo.

  • #11

    Princécranoir (jeudi, 12 juin 2014 10:22)

    Je valide évidemment ce jugement lapidaire. Comme tu l'écris, ce "Robocop" est sans doute plus proche de "judge Dredd" que du film précédent (en même temps, quel est l'intérêt de faire un remake trop fidèle à l'original ?). Je trouve que le principal intérêt réside dans la manière dont il a été conçu, c'est à dire le parallèle que l'on peut faire entre le personnage et le réalisateur : dont les talents sont tous deux détournés à des fins commerciales et lucratives. C'est bien là hélas que réside finalement sa seule originalité.

  • #12

    laseancearoggy (jeudi, 12 juin 2014 19:43)

    A Kapalsky,
    Perso, il ne m'a pas fait trop rire :) J'aurai au moins aimé qu'il y ait une ambition différente et un divertissement plus fun.

  • #13

    laseancearoggy (jeudi, 12 juin 2014 19:48)

    A Princécranoir,
    C'est vrai que José Padilha a passé le rubicon pour aller frayer sur les rives d'Hollywood. En même temps, le chèque et la possibilité de refaire "Robocop" ne se refusent peut-être pas ?

  • #14

    2flicsamiami (samedi, 14 juin 2014 10:36)

    Effectivement, pas mal de bonnes idées (le libre arbitre, la surmédiatisation et la monétisation des combats et de l'ordre) noyées dans un déluge d'effets et d'action, saupoudré d'un casting fade, au jeu parfois à la limite du grotesque (Michael Keaton, Samuel L. Jackson). Vaut mieux revoir l'original, au traitement autrement plus galvanisant.

  • #15

    laseancearoggy (samedi, 14 juin 2014)

    Totalement d'accord avec toi sur ce film à l'image de son casting. Pas vraiment d'intérêt à ce remake à part l'argent. Et, je confirme, il faut que je revoie l'original !

  • #16

    Rigs Mordo (mercredi, 29 octobre 2014 18:08)

    Pas convaincu du tout par ce reboot bien terne: action naze, pas de tension, climax risible de nullité, esthétique grise à la Nolan,... Le film n'a pour lui que Michael Keaton et la scène où Murphy découvre qu'il n'a plus de corps... Le reste se laisse regarder mais c'est oubliable au possible...

  • #17

    laseancearoggy (mercredi, 29 octobre 2014 19:41)

    C'est ça, un film d'action bourrine qui ne laisse pas un grand souvenir, hormis la scène que tu évoques.