749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ROARING CURRENTS

 

GENRE : Bataille navale

REALISATEUR : KIM Han-min

ANNEE : 2014

PAYS : Corée-du-Sud

BUDGET : 9 500 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Min-sik Choi, Seung-Ryong Ryoo, Ryu Seung-Ryong...

 

RESUME : A la fin du 16ème siècle, le Royaume de Joseon est sous la menace d’une invasion japonaise. La dynastie s’en remet à l’Amiral Yi, commandant de la flotte royale, qui n’a plus à sa disposition qu’une douzaine de navires pour défendre le royaume contre une flotte japonaise qui en compte plus de 300. La bataille de Myeong-Ryang se prépare.

 

MON HUMBLE AVIS

Roaring Currents est la grosse machine du cinéma coréen de cette année. Le réalisateur avait déjà remporté un franc succès avec son très bon War of the arrows. Mais là, il a tout pulvérisé sur son passage avec plus de 17 millions d'entrées au pays du matin calme ! Un succès qui vaut surtout pour la figure mythique de l'Amiral Yi (il a sa statue à Séoul) défendant son pays contre l'envahisseur japonais.

Pour le reste, le film est un blockbuster chargé d'ériger la fibre patriotique en étendard de chaque coréen (d'ailleurs la salle à moitié coréenne a chaudement applaudi à la fin). Tous les ingrédients été réunis pour l'occasion, une musique à la fois martiale et abusant des violons lors d'envolées lyriques pendant les combats. A cela, il faut ajouter la présence de la star coréen Min-sik Choi (Old boy, J'ai rencontré le diable) dans le rôle de l'Amiral Yi avec l'ambition de glorifier ce personnage historique. Car défendre un détroit avec 12 bateaux face à plus de 300 avec succès, cela représente de l’héroïsme inconscient et glorieux.

A la vision du film, il s'avère qu'il est construit sur la base de deux succès mondiaux. Évidemment, on pense au 300 de Zack Snyder, chiffre emblématique d'une escouade de valeureux spartiates prêts à donner leur vie contre des milliers d'assaillants. Même esprit de sacrifice et d'élan nationaliste pour bouter l'ennemi hors de ses terres. Si, dans sa 1ère heure, Roaring Currents est avare en combats, et sert à présenter les valeurs guerrières et philosophiques de Yi, la 2e heure est une bataille navale continue mettant aux prises les deux flottes. Un déferlement d'obus et de chocs de navires (tiens, encore 300 avec sa suite) qui n'est pas sans rappeler la série Pirates des Caraïbes avec la scène du tourbillon. Ici, le détroit perturbé par les marées et les tourbillons est le point névralgique du récit, maîtrisé et défendu par l'armée coréenne.

Il faut reconnaître que le métrage est bien mis en scène, notamment les batailles navales ou les corps à corps violents et très sanglants, mettant en exergue de manière iconique le personnage de Yi qui tue le général japonais tel un chevalier terrassant un dragon mythologique. Un symbolisme assez lourdaud qu'on retrouve dans une scène de sacrifice sur un bateau kamikaze rempli de poudre, jouant sur un pathos assez ridicule. Roaring Currents est donc un film de propagande, certes bien fait (les batailles titanesques sont excellentes), mais qui se laisse emporter par un élan patriotique et bourrin que n'aurait pas renié un Michael Bay avec Pearl Harbor.

 

NOTE : 3+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Rigs Mordo (dimanche, 02 novembre 2014 20:20)

    Pas trop ma came mais je suis tout de même content de voir des blockbusters qui ne sont pas amerloques, c'est pas plus mal de voir un peu de diversité !

  • #2

    laseancearoggy (dimanche, 02 novembre 2014 21:07)

    C'est sûr mais c'est un peu la même chose avec de l'action, des effets spéciaux et des héros qui tuent les méchants. La routine quoi :)

  • #3

    Oreo33 (lundi, 03 novembre 2014 00:51)

    Bien apprécié ce film. Bon sang, la salle était blindée. Et les applaudissements timides dans les moments de bravoure rendaient le film encore plus galvanisant. Un peu long à démarrer mais oui, dacc, patriote. ;-) Sympa aussi les stratégies employées.
    Lol, pour Pearl Harbor, c'est osé la comparaison mais j'ai vraiment du mal à revoir ce film. Surtout pour la relecture de l'histoire.

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 04 novembre 2014 18:38)

    La référence à "Pearl Harbor" est peut-être un peu exagéré, mais le film appuie quand même beaucoup sur les clichés et anti-japonais primaires.

  • #5

    Oreo33 (mardi, 04 novembre 2014 20:23)

    C'est vrai. Ca donne envie d'en savoir plus.
    Cela dit c'était un peu moins appuyé que Bang Rajan ou les birmans étaient de manière très négative.

  • #6

    laseancearoggy (mardi, 04 novembre 2014 20:38)

    Il y a beaucoup de films tel que "Bang Rajan" qui pour moi est un très bon film, visuellement parlant.

  • #7

    Oreo33 (mercredi, 05 novembre 2014 16:20)

    :-)
    Y'a juste les coupes de cheveux dans ce film qui faisaient un peu trop mais tout le reste c'est épique. Lol