749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

RESIDENT EVIL : RETRIBUTION

 

GENRE : Resident evil : Consternation

REALISATEUR : Paul W.S. Anderson

ANNEE : 2012

PAYS : Allemagne/Canada

BUDGET : 65 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Mila Jovovich, Sienna Guillory, Michelle Rodriguez...

 

RESUME : Le terrifiant virus mis au point par Umbrella Corporation continue à faire des ravages partout sur Terre, transformant les populations en légions de morts-vivants affamés de chair humaine. Alice, l’ultime espoir de notre espèce, s’éveille au cœur du plus secret des complexes industriels d’Umbrella. Plus que jamais, Alice continue à traquer les responsables de l’atroce infection. De Tokyo à New York, de Washington à Moscou, elle les pourchasse jusqu’à la révélation explosive qui va remettre en cause toutes ses certitudes. Avec l’aide de nouveaux alliés et d’anciens amis, Alice va devoir se battre pour survivre dans un monde hostile, au bord du néant.

 

MON HUMBLE AVIS :

J’avais juré, lors du précédent épisode, qu’on ne m’y reprendrait plus lors. Et bien, tel un ciné-addic, j’ai franchi le Rubicon de l’écran et j’ai plongé tous yeux dehors sur le 5ème opus d’une des sagas horrifico-vidéo-ludique les plus essorées par l’industrie du cinéma.

1er constat, c’est toujours aussi con. Deuxièmement, l’histoire est juste là pour mettre en avant une série de combats entre des méchants et des gentils (tiens, le pays de Candy !).

Les scénaristes n’ont tellement plus rien à dire, qu’en guise de générique d’ouverture, ils nous passent à l’envers la 1ère scène que, bien évidemment, nous reverrons à l’endroit... et
juste après la scène est une reproduction complète d’un épisode précédent, à tel point que je me suis demandé si je n’avais pas déjà vu le film (et hop, 10 minutes pour rien).

La suite ne vole pas bien haut, entre incompréhensions scénaristiques et dialogues ras-du-front. Pour couronner le tout, grâce au clonage, tous les anciens personnages disparus dans les épisodes précédents réapparaissent comme par magie (merci Raël).

Pour le reste, c’est toujours un maelström de gunfights, de démasticages de zombies à la chaîne et d’affrontements à mains nues dans des lieux reproduits numériquement.

La dernière scène ne trompe pas, il y aura un 6ème film...

 

NOTE : 2 / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 0