708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

  

RESIDENT EVIL : AFTERLIFE 3D

 

 

GENRE : Bloubiboulga

REALISATEUR : Paul W.S. Anderson

ANNEE : 2010

PAYS : France/Allemagne/USA

BUDGET : 60 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Milla jovovich, Ali Larter, Wentworth Miller, Kim Coates...

 

RESUME: Dans un monde ravagé par un virus, transformant ses victimes en morts-vivants, Alice continue sa lutte à mort avec Umbrella Corporation. Elle poursuit son voyage à la recherche de survivants et d'un lieu sûr où les mener. Cette quête les mène à Los Angeles mais ils constatent très vite que la ville est infestée par des milliers de morts-vivants.

 

MON HUMBLE AVIS :

4ème opus (tourné en 3D pfff...) de la franchise issu d'un jeu vidéo à succès, dont les films n'ont plus grand chose à voir avec le matériau d'origine. Après un 3ème épisode qui relevait quelque peu la tête, ce 4ème effort n'aurait jamais dû être réalisé...

Paul W.S. Anderson cuisine son portnawak en pompant sans vergogne les autres films. Une cuillère à soupe de Matrix pour les combats aériens et les tenues cuir, une pincée de Silent Hill pour le sosie du personnage du Pyramid head !?!... saupoudrer d'une touche de Equilibrium pour les scènes de bastons. Secouer le tout et vous obtenez un bon gros plat bien gras sans queue ni tête.

Avec cette recette, faut pas non plus demander un scénario exigeant (Luc Besson sort de ce corps !). Le réalisateur ne s'embarrasse pas des incohérences et des ellipses scénaristiques (rallier Los Angeles depuis l'Alaska en avion deux places (avec quel carburant?), atterrir sur le toit d'un immeuble long comme une table de ping-pong, monter un immeuble en deux minutes...). Bref, les péripéties s'enfilent comme des perles dans le plus grand n'importe quoi grâce à des effets de caméras virevoltantes (merci l'informatique) et vertigineuses (merci Google Earth).

Allez Milla arrête... même si on t'offre un gros chèque... Une 5ème suite va bientôt sortir...

 

A NOTER :Le méchant est bien ridicule avec son ensemble tout cuir et ses lunettes de soleil (Johnny sort de ce corps !)

 

NOTE: 2- / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0