708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

RENAISSANCES (Self/less)


GENRE : Seconde vie

REALISATEUR : Tarsem Singh

ANNEE : 2015

PAYS : USA

BUDGET : 26 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Ryan Reynolds,Ben Kingsley, Matthew Goode..


RESUME : Damian Hale, un vieil architecte milliardaire, va bientôt mourir d'un cancer. Une organisation secrète menée par le professeur Albright lui propose la "mue", le transfert de sa conscience dans le corps d'un jeune homme en bonne santé. Cette organisation lui propose également des services pour sa nouvelle vie et sa nouvelle identité.


MON HUMBLE AVIS

Il est loin le temps où Tarsem Singh émerveillait visuellement les spectateurs avec ses deux œuvres The Cell et The Fall. Entre voyage dans l’esprit d’un serial-killer et conte onirique, le réalisateur privilégiait certes la forme au fond mais toujours avec un certain brio plastique. La machine commença à s’enrailler avec l’inégal Les immortels pour finir en sauce curry bien fade avec Mirror Mirror.

Avec Renaissances, le réalisateur change son fusil d’épaule et distille une œuvre passée sous les fourches caudines hollywoodiennes, s’avérant formellement parfaite et à la mécanique bien huilée. Fini les délires visuels, place au sérieux avec ce film d’anticipation qui vient lorgner du côté de thématiques déjà exploitées notamment dans Vanishing Waves de Kristina Buozyte ou le formidable Seconds de John Frankenheimer. Renaissances entretient pas mal de rapport avec ce dernier spécialement au niveau de la tournure narrative et du basculement du personnage principal en phase terminale Damian Hayes (Ben Kingsley très sobre), suite au passage de son esprit dans le corps d’un autre, plus jeune (sympathique Ryan Reynolds à défaut d’être transcendant).

Malgré un manque de personnalité dans la réalisation (Singh abandonne ses plans magnifiques ressemblant à des peintures), force est de constater que le film est agréable à suivre du fait d’un scénario solide des frangins Pastor (Infectés, Les derniers jours) et une photographie rendant grâce aux paysages de la Nouvelle-Orléans. Rien de révolutionnaire dans le traitement, mais le film jongle bien entre scènes d’action, poursuites spectaculaires et réflexions sur la mort. Il interroge également sur la capacité de l’être humain à aller jusqu’aux frontières du sordide pour l’argent ou pour continuer à faire vivre les siens par-delà la mort (un arrière goût de Simetierre?).

Au final, Renaissances fait le job à tous les niveaux même si on pourrait avoir du mal à croire à cette ambiance complotiste et à des rebondissements un peu prévisibles jusque dans sa conclusion. En extrapolant un peu, on pourrait dire que le destin de Damian est à l’image de celui de Tarsem Singh qui, pour continuer à tourner, a balancé son âme dans celle d’un yes-man comme il en existe tant à Hollywood. Après tout, qui sommes-nous pour juger ?


NOTE : 4/6

Écrire commentaire

Commentaires: 13
  • #1

    Rigs Mordo (jeudi, 10 décembre 2015 20:34)

    Eh ben, j'aurais jamais deviné que c'était un film de Singh, comme quoi... Je me souviens avoir vu le trailer à la tv, fut un temps où je le voyais toutes les heures, minimum. Ca ne m'a jamais trop attiré mais à te lire, pourquoi pas tenter si ça passe à la tv un jour. Beau boulot en tout cas, again!

  • #2

    Roggy (jeudi, 10 décembre 2015 20:41)

    Impossible de voir que c'est un film de Tarsem Singh et au final "Renaissances" est juste divertissant. C'est déjà pas mal non ?

  • #3

    Rigs Mordo (jeudi, 10 décembre 2015)

    Ca me suffira bien, oui :)

  • #4

    Moskau (samedi, 12 décembre 2015 16:43)

    Singh a clairement mis un frein à ses délires visuels, pour un résultat classique mais efficace. Un petit coup de mou vers le milieu quand même. Sinon, bonne prestation de Reynolds.

  • #5

    Roggy (samedi, 12 décembre 2015 18:58)

    Le film patine un peu au milieu mais tient la route jusqu'au bout et Reynolds n'y est pas pour rien c'est vrai.

  • #6

    princécranoir (samedi, 12 décembre 2015 21:46)

    Pas tenté par cette "Renaissances" (du même titre, j'avais bien aimé un film d'animation futuriste français) de Singh dans la peau d'un yes man. Surtout que même du temps de sa splendeur, je n'ai jamais été très Singh en fait.

  • #7

    Roggy (dimanche, 13 décembre 2015 12:09)

    Les traducteurs ont effectivement pris le nom d'un film d'animation très sympa en plus. Le travail de Singh est très esthétisant et quelque fois, manque un peu de fond. Le résultat de "Renaissances" n'est en tout cas pas déshonorant.

  • #8

    Le Fanzinophile (dimanche, 13 décembre 2015 15:20)

    Pour Tarsem Singh je me suis arrêté à The Fall et j'ai repris avec celui-ci. J'ai bien fait il semblerait :-) Même si, comme tu l'écris, très tôt dans le film on devine ce que sera la fin. Petit bémol aussi pour moi concernant l'actrice Natalie Martinez, pas du tout mise en valeur.

  • #9

    Roggy (dimanche, 13 décembre 2015 15:31)

    Il y a une partie du cinéma de Tarsem Singh que j'aime bien malgré son manque d'aboutissement. A l'image de la mise en scène, le scénario est effectivement très prévisible. Et, je n'ai volontairement pas parlé de Natalie Martinez (que j'avais découverte dans "Under the dome") car elle est totalement inexistante !
    Merci pour ton passage.

  • #10

    Avel (jeudi, 17 décembre 2015 19:44)

    J'ai vu ce film y'a pas très longtemps ( 2 ou 3 semaines ?) et j'avoue avoir bien aimé :) Le scénario n'est pas transcendant (j'avais capté des choses à l'avance...) mais en tout cas y'a de l'action et je ne me suis pas ennuyée. Le thème est intéressant : recherche de l'immortalité, mais à quel prix ? C'est dans l'air du temps.
    La fin est très belle.

  • #11

    Roggy (jeudi, 17 décembre 2015 19:53)

    Tu as tout dit et je confirme que le film est très divertissant à défaut d'être un chef-d’œuvre.

  • #12

    2flicsamiami (dimanche, 20 décembre 2015 09:20)

    Singh singe donc les faiseurs du petit Hollywood (La Nouvelle Orléans, nouveau paradis pour les films à petits budgets). Pourquoi pas, mais j'ai l'impression, comme toi, que celui qui avait jadis dynamité les codes du thriller avec The Cell s'en est allé bien loin.

  • #13

    Roggy (dimanche, 20 décembre 2015 15:54)

    Comme Tarsem Singh n'a pas cassé la baraque, il est normal qu'on le retrouve en Yes man dans "Renaissances". Cela ne veut pas dire que sa création visuelle ait disparu.