708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

OVER YOUR DEAD BODY

 

GENRE : Théâtre macabre

REALISATEUR : Takashi Miike

ANNEE : 2014

PAYS : Japon

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Ebizo Ichikawa, Hideaki Ito, Hiroshi Katsuno...

 

RESUME : Un acteur nommé Kosuke joue le rôle de Tamiya Iemon dans une version théâtrale de Yotsuya Kaidan et son amour Miyuki joue celui d’Oiwa. Des rôles d'amants au théâtre qui sont une réalité à la ville.

 

MON HUMBLE AVIS

Le prolixe Takashi Miike est capable de tout, du meilleur (Audition, 13 assassins) du plus fou (Dead or alive) ou du pire (Zebraman, God's puzzle). Avec Over your dead body, on est plutôt dans la dernière catégorie même si le film n'est pas si mauvais en soi et très beau visuellement. En revanche, il ne m'a pas raconté grand-chose.

Pitch : Un acteur nommé Kosuke joue le rôle de Tamiya Iemon dans une version théâtrale de Yotsuya Kaidan et son amour Miyuki joue celui d’Oiwa. Des rôles d'amants au théâtre qui sont une réalité à la ville.

Le film est divisé en deux parties dont on passe d'une à l'autre (les répétions au théâtre et la vie réelle entre les deux amants). La 1ère partie conte une histoire célèbre du théâtre kabuki dans le Japon féodal qui se confond avec la vie réelle. Les scènes de théâtre sont très longues (surtout en vo sous-titré en anglais...). Si les décors sont magnifiques (un décor tournant avec une très belle image de personnages crucifiés en son milieu), il m'a été difficile de rentrer dans ce théâtre filmé et très austère japonais.

On retrouve pourtant le Takashi Miike que l'on connaît sur certaines scènes sanglantes voir gores (une actrice utilise des ustensiles de cuisine dans son vagin, une tête coupée qui vole). Le côté fantastique est très long à se mettre en place même si on retrouve les figures récurrentes du fantôme japonais comme dans Ring pour ne citer que lui (les femmes aux longs cheveux noirs sur les yeux). Un film qui revient toujours aux scènes théâtrales et qui a du mal à faire cohabiter le fantastique comme c'était le cas dans le fantôme de l'opéra.

A la sortie du film, c'est donc un sentiment de déception et je pense qu'il vaut mieux revoir le très beau Kwaïdan que cet opus de Takashi Miike qui, à l'heure où j'écris ces lignes a peut-être déjà tourné deux autres films...

 

Note : 2+ / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0