709 chroniques de films

  31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2019
Etrange festival 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

OUTPOST

 

GENRE : La Poste en grêve ?

REALISATEUR : Steve Barker

ANNEE : 2008

PAYS : UK

BUDGET : Environ 200 000 Livres

ACTEURS PRINCIPAUX : Ray Stevenson, Richard Brake, Julian Wadham...

 

RESUME : Des mercenaires ont pour mission d'escorter un homme jusqu'à un vieux bunker allemand datant de la Seconde Guerre Mondiale, situé en Europe de l'est. Une fois sur place, ils découvrent que les lieux ont servi de laboratoire pour des expériences scientifiques destinées à créer des soldats SS invincibles. Mais le bunker est-il vraiment abandonné? Quelle est cette présence qui hante les lieux ?

 

MON HUMBLE AVIS

La "naziploitation" a fait les beaux jours des productions Eurociné dans les années 60 et 70. Depuis les années 2000, quelques films ont relancé ce filon à l’instar de ce Outpost, à la fois pur film de guerre et horror-movie avec attaques de zombies. L’ambiance et le lieu ressemblent beaucoup à la Tranchée de Michael J. Basset en 2001, tandis que les soldats morts se rapprochent du fendart norvégien Dead Snow de Tommy Wirkola en 2009.

L’alliance de ces deux concepts cinématographiques est ici réussi. Malgré le budget, les décors et les soldats sont crédibles comme en atteste la présence de Ray Stevenson, l’éternel Titus Pullo de la série Rome. Le réalisateur arrive même à donner une vraie vie aux soldats zombies, les rendant presque iconiques grâce à leur uniforme et leur attitude effrayante.

Après l’arrivée au bunker, le film se transforme en un jeu d’attaques-défenses entre les soldats et les zombies à l’intérieur du bâtiment, où les couloirs sont plus faciles à gérer pour un budget low-cost.

Au final, Outpost, même s’il n’est pas révolutionnaire, demeure un spectacle agréable, notamment grâce à la participation de notre centurion préféré.

 

NOTE : 3 /6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

 

OUTPOST 2 : BLACK SUN

 

GENRE : Zombies nazis

REALISATEUR : Steve Barker

ANNEE : 2012

PAYS : UK

BUDGET : 3 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Catherine Steadman, Richard Coyle, Julian Wadham ...

 

RESUME : 1945. A la fin de la guerre, un scientifique allemand du nom de Klausener travaille sur une nouvelle technologie afin de créer une armée Nazie immortelle. De nos jours, une troupe de L'OTAN est déployée en Europe de l'Est, où elle s'apprête à affronter un ennemi pas ordinaire...

 

MON HUMBLE AVIS

Dire que cette suite est plus réussie que le film précédent serait exagéré. Néanmoins, avec un budget plus élevé, l’entreprise se prête à la comparaison et Steve Barker fait démarrer cet opus directement après les événements du premier. Après un préambule où une jeune femme débusque un ancien nazi dans une maison de retraite, l’action repart sur les lieux du film initial (bunker) dans une Europe de l’Est toujours aussi accueillante...

Dans cette production, les têtes d’affiche ont disparu au profit d’inconnus qui tiennent néanmoins leurs rangs (il n’y a qu’en France que les acteurs méconnus sont mauvais...). Le rythme ne s’en ressent pas lors des combats, bien que -petit bémol- il y a un manque de réalisme lorsque les deux journalistes s’immiscent au milieu du combat à l’arme lourde...

On rentre plus rapidement dans le cœur du sujet avec l’apparition des soldats nazis, d'abord invicibles sous les coups des balles. Le reste des soldats pénètre dans le bunker et découvre toutes sortes de cadavres ou autre étrangeté. En effet, les nazis préparent leur retour en confectionnant une véritable armée à partir de la réanimation des morts. On pense au récent Frankenstein's Army, avec sa troupe de soldats raffistollés et horrifiques.

La fin du film a un côté très "années 80" avec effets spéciaux datés et créatures monstrueuses et ouvre le champs à un 3ème volet qui devrait sortir prochainement.

 

NOTE : 3 /6

Écrire commentaire

Commentaires: 0