690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

OPERATION DIABOLIQUE (SECONDS)

 

GENRE : Vis ma vie

REALISATEUR : John Frankenheimer

ANNEE : 1966

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Rock Hudson, John Randolph, Murray Hamilton...

 

RESUME : Un banquier quinquagénaire répond au coup d'un fil d'un vieil ami qu'il croyait mort et qui lui évoque la possibilité de "disparaître"...

 

MON HUMBLE AVIS :

Opération diabolique m’était étranger et je l’aurai encore moins associé à la carrière de John Frankenheimer (Sept jours en mai, Grand Prix, l’île du Docteur Moreau...). Et pourtant, c’est un grand film, complètement anachronique dans son propos et dans sa mise en scène.

Le film conte l’histoire d’un banquier quinquagénaire à qui on propose de disparaître et de changer de vie du jour au lendemain. Cette proposition est d’autant plus étrange qu’elle émane d’un ami qu’il croyait mort. Véritable film sur la paranoïa, Seconds (dont le titre peut s’entendre comme une deuxième chance) fait partie de ces productions de cette époque qui traitent de cette atmosphère de complot cher aux conspirationnistes de tous bords et notamment américains. Je pense par exemple au superbe Parallax View d’Allan J. Pakula.

Tourné dans un magnifique noir et blanc, le réalisateur convoque plusieurs genres à l’instar du film noir, d’espionnage ou de science-fiction (Les yeux sans visage de Franju). Dès le très beau générique, on sent que le film est en avance sur son temps. La 1ère scène suit un homme à hauteur d’épaule, ce qui renforce d’autant plus la paranoïa. Chaque plan, chaque situation, semble ciselé au milieu de ce climat étrange qui se développe au fur et à mesure. Et on se dit que beaucoup de réalisateurs ont puisé leur inspiration dans cette œuvre (lors de la présentation en ouverture du PIFFF, il a été mentionné le rapport avec The Game de David Fincher. On pourrait aussi évoquer Brazil de Terry Gilliam).

A partir du moment où le banquier (Rock Hudson dans une performance d’acteur extraordinaire à la limite de la folie) change de vie et de visage, il bascule dans un monde nouveau, une vie aux antipodes de la sienne (il devient peintre et côtoie la jet-set). Pourtant, il a du mal à s’habituer aux coutumes locales et à certaines libations (notamment la fête païenne qui ressemble à une incantation satanique où les corps nus s’enlacent dans un tonneau géant rempli de raisins. Une très grande scène). Ce moment-là de sa vie m’a aussi fait penser à la série The prisonner. Dans la dernière partie du film, Rock Hudson veut tout arrêter et retourner à sa vie d’antan. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes.

Baigné dans un climat particulier, entre film noir et d’anticipation, Opération diabolique est un grand moment de cinéma porté par un scénario original et palpitant, et transcendé par une mise en scène novatrice. Métrage singulier pour son époque de par son propos (il pose la question de l’identité) le film s’inscrit définitivement au rang des plus grands classique du genre. A voir.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Rigs Mordo (samedi, 26 juillet 2014)

    Je ne connaissais pas du tout, genre jamais entendu causer, encore une piste lancée par l'ami Roggy :)

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 26 juillet 2014 21:15)

    Si tu en as l'occasion, je te le conseille. Il ressort actuellement en salles en France. Je ne sais pas chez toi ?

  • #3

    Rigs Mordo (samedi, 26 juillet 2014 21:28)

    Ca m'étonnerait, en tout cas pas près de chez moi (déjà que je suis un peu campagnard, tu penses bien ahah).

  • #4

    laseancearoggy (samedi, 26 juillet 2014 21:35)

    Tu devrais le trouver en DVD alors. Je l'espère pour toi en tout cas !

  • #5

    Princécranoir (samedi, 26 juillet 2014 22:52)

    Un des films les plus mythiques de Frankenheimer (de la même époque, je conseille aussi vivement la paranoïaque "manchurian candidate") qui fait l'objet d'une reprise cet été. En ce qui me concerne, il a refait surface il y a peu à l'occasion d'un passionnant documentaire consacré à Rock Hudson où il était longuement évoqué à travers les témoignages de Richard Anderson et une des actrices dont j'ai oublié le nom. Depuis mon envie de le voir n'a fait que croître. Ton commentaire avive encore davantage mon envie de le voir. Indisponible pour le moment en DVD, je crois qu'il faut attendre que cette reprise soit convertie en petite galette numérique.

  • #6

    laseancearoggy (samedi, 26 juillet 2014 23:08)

    Merci pour le conseil. Justement, je ne l'ai pas précisé dans ma chronique, mais le film a une résonance particulière pour Rock Hudson, qui a longtemps caché son homosexualité. Je crois que le documentaire revient dessus et à l'aune de cette information, le film peut se voir différemment avec cette histoire de changement de personnalité et de vie.