708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

ODD THOMAS

 

GENRE : Fantôme contre fantôme

REALISATEUR : Stephen Sommers

ANNEE : 2013

PAYS : USA

BUDGET : 27 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Anton Yelchin, Addison Timlin, Willem Dafoe...

 

RESUME : L'adaptation des livres de Dean Koontz, racontant l'histoire d'un homme qui a le pouvoir de voir les morts, sans pouvoir les entendre.

 

MON HUMBLE AVIS :

Réalisé par le vieux routier Stephen Sommers (La Momie, Van Helsing...), Odd Thomas est une adaptation de Dean Koontz. On peut penser que la version écrite est sûrement plus sombre que ce film très tourné vers le fantastique mainstream et adolescent.

Le jeune homme du film a la capacité de voir les morts qui peuvent le conduire auprès de leur meurtrier, tout comme des entités translucides qu’il est le seul à apercevoir. Le film est porté par la voix-off du héros qui se ballade dans sa ville entre sa petite-amie et la police qu’il aide dans la traque des tueurs (Willem Dafoe en guest star).

Le film se laisse suivre avec sympathie même s’il reste convenu dans sa narration et s’appuie un peu trop sur une pléthore d’effets spéciaux, certes réussis (les créatures font penser aux apparitions dans Fantômes contre Fantômes).

A la limite de la parodie (le personnage de Willem Dafoe est toujours dérangé en pleine action conjugale), Odd Thomas emprunte les couloirs balisés d’une histoire fantastique un peu tiré par les cheveux qui peine à nous convaincre malgré l’énergie des acteurs et un scénario qui tend des ficelles trop grosses pour être vraisemblables. La fin du film se tend et parvient à avoir une résonance avec l’actualité lorsque des personnages armés pénètrent un centre commercial pour tirer sur les passants (sont pas très doués au tir d’ailleurs).

Stephen Sommers emballe donc son métrage sans transcender son matériau, faute d’un budget suffisamment important (27 M de $) et d’un script pas assez adulte, notamment dans les dernières scènes sirupeuses qui n’en finissent pour faire pleurer le spectateur façon Ghost.

 

Note : 3 / 6 

Commentaires: 0