749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE NEIGHBOR

 

GENRE :

REALISATEUR : Marcus Dunstan

ANNEE : 2016

PAYS : USA

BUDGET :

ACTEURS PRINCIPAUX : Josh Stewart, Luke Edwards, Alex Essoe...

 

Pitch : Lorsque John rentre chez lui, il découvre que Rosie, sa compagne, a disparu. Il se rend chez son voisin, mais personne ne répond. Il pénètre dans la demeure et découvre au sous-sol plusieurs personnes séquestrées dans des cages... dont Rosie.

 

 

 

Si Marcus Dunstan est le scénariste de quelques Saw (surtout les derniers, donc pas les meilleurs), il est aussi l'excellent réalisateur de The Collector et de sa suite toute aussi réussie The Collection. Deux films de haute volée comme on n'en voit pas souvent dans le paysage de l'horreur. Il revient aujourd'hui avec un thriller brut et très efficace confirmant la grande qualité de Dunstan pour la mise en scène.

 

L'histoire se passe dans une campagne du Sud des Etats-Unis où les rednecks font la loi, et où les trafics de drogue et de voiture sont monnaie courante. Une toile de fond de d'Amérique profonde où on retrouve John (Josh Stewart, héros des deux précédents films du réalisateur, apportant son charisme naturel au personnage) qui transporte de l'argent sale et change des plaques d'immatriculation de voitures dans son propre garage, pour le compte de son oncle. Alors qu'il souhaite en finir avec tout ça et changer de vie avec Rosie (Alex Essoe, Starry Eyes), il va être confronté à son voisin fouineur Troy et ses deux fils.

Si le film débute comme un polar proche de True Detective, le métrage bascule dans une ambiance tout à fait différente quand John entre chez son voisin. A ce moment-là, The Neighbor devient plus tendu et horrifique avec ses personnages enfermés dans des cages que John va essayer de sauver. S'instaure alors un jeu du chat et de la souris assez jouissif qui, comme on peut l'imaginer, va tourner en vieux Whisky frelaté. Maîtrisé de bout en bout par un réalisateur qui sait raconter une histoire, un scénario efficace et resserré à un huis-clos dans la maison, The Neighbor renvoie aux meilleurs séries B du genre. On pense à la fois à The Guest et surtout au magnifique Cold in july, même si ce dernier est beaucoup plus puissant en terme d'enjeux et de violence.

Moins violent visuellement que ses précédents films, The Neighbor n'en reste pas moins un véritable panard dans son ensemble du fait de la qualité des comédiens et de la mise en scène sobre mais toujours percutante et maligne. Porté par un excellent choix de musique, The Neighbor s'avère une très bonne surprise et démontre une fois de plus que Marcus Dunstan devrait shooter plus souvent des séries B d'action ou d'horreur de cette trempe.

 

 

 

4,5/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0