749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MISTER BABADOOK


GENRE : Le livre de la peur

REALISATEUR : Jennifer Kent

ANNEE : 2014

PAYS : Australie

BUDGET : 2 500 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Essie Davis, Noah Wiseman, Daniel Henshall...


RESUME : Depuis la mort brutale de son mari, Amelia lutte pour ramener à la raison son fils de 6 ans, Samuel, devenu complètement incontrôlable et qu'elle n'arrive pas à aimer. Quand un livre de contes intitulé "Mister Babadook" se retrouve mystérieusement dans leur maison, Samuel est convaincu que le "Babadook" est la créature qui hante ses cauchemars. Ses visions prennent alors une tournure démesurée, il devient de plus en plus imprévisible et violent. Amelia commence peu à peu à sentir une présence malveillante autour d’elle et réalise que les avertissements de Samuel ne sont peut-être pas que des hallucinations...


MON HUMBLE AVIS

1er film d'une réalisatrice qui aura gagné plusieurs prix dans les festivals où il est passé, Mister Babadook n'est pas qu'un film d'épouvante. Il traite du deuil et de l'impossibilité de se reconstruire pour une mère de famille élevant seule son petit garçon.

Le film est construit en deux parties distinctes. La 1ere est une étude de la cellule familiale monoparentale entre un enfant, Samuel, perturbé par le décès de son père qu'il n'a pourtant pas connu, cherchant à se faire remarquer par tous les moyens. De fait, il est insupportable et casse-coup. A l'opposé, sa mère, Amélia, est perdue dans le souvenir de son mari défunt, incapable de s'occuper de Samuel et lui passant tous ses caprices. Une 1ere partie qui permet de caractériser les personnages en donnant le sentiment que le garçon est dérangé mentalement (il est violent envers sa cousine, construit des armes) et que sa mère est aux abonnés absents, à la limite de la folie.

La réalisatrice nous place volontairement dans cet état d'esprit (les deux personnages sont perturbés) pour rendre encore plus étrange l'arrivée du croquemitaine. Jusqu’à se poser la question de sa réelle existence. Un livre pour enfants va en effet renverser les rôles de cet équilibre familial précaire. Le babadook va s'immiscer dans leur vie et devenir le catalyseur des sentiments profonds de la mère. Comme dans Shining, Amélia change progressivement d'humeur, devient plus agressive, et se rebelle contre Samuel à l'image du métrage dont la tonalité vire à l'épouvante et au film de maison hantée.

Si la première moitié du film s'apparente à un drame intimiste, la seconde s'avère plus musclée, en inversant les rôles. Le gamin n'hésite pas à agresser sa mère (il va même l’attacher dans la cave comme s’il cherchait à l’exorciser) car il pense qu'elle est possédée par l'entité. Issu du livre, le monstre est visuellement très réussi, sorte d’immense épouvantail longiligne aux doigts crochus qui pourrait faire penser au Nosferatu de Murnau. Comme le vampire, le babadook se nourrit de la peur qu'il génère. Il n'existe que parce qu'Amelia et Samuel l'ont décidé. Vivant par le biais d'une caméra subjective, le monstre est partout dans la maison mais, jusqu'à la fin le spectateur aura toujours un doute sur son existence et se demandera s'il n'est pas le fruit d'une folie paranoïaque.

Même si le film manque un peu de rythme dans sa 1ère moitié, il faut néanmoins saluer ici ce premier essai assez original qui mélange le drame familial à l'horreur psychologique, en se permettant des accès de violence surprenant entre la mère et son fils.


NOTE : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 10
  • #1

    Rigs Mordo (lundi, 08 décembre 2014 19:53)

    Une chronique qui me redonne foi dans ce film. J'avais trouvé le trailer sympa et prometteur et puis les premiers avis sont tombés et étaient assez négatifs. Ca m'a donc refroidi... Mais je tenterai, j'aime bien le look du monstre. Ca me fait d'ailleurs penser à Max et Les Maximonstres (film qui me fout les larmes à chaque fois) que ce soit dans le pitch que tu décris (enfant difficile, mère célibataire) ou dans le look du monstre (il ressemble un peu à un Maximonstre, Carol par exemple).

  • #2

    laseancearoggy (lundi, 08 décembre 2014 20:10)

    Tiens, je n'avais pas pensé au rapprochement avec "Max et les Maximonstres" ! mais tu as bien raison. Si le film a gagné des prix (comme à Gerardmer) c'est qu'il n'est pas simplement qu'un film de genre, mais aussi un drame familial.

  • #3

    Mr Vladdy (lundi, 08 décembre 2014 20:22)

    Un autre film que je regrette d'avoir raté

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 08 décembre 2014 20:25)

    Tu pourras te rattraper puisque le film sort en dvd.

  • #5

    alice in oliver (mardi, 09 décembre 2014 08:06)

    pas vu mais visiblement, tu le conseilles, donc pourquoi pas

  • #6

    tinalakiller (mardi, 09 décembre 2014 10:59)

    Dans l'ensemble, ce film est une belle surprise. Certes, il ne fait pas peur - même si les quelques scènes avec le Babadook sont tout de même effrayantes - mais ce n'est pas son but. Comme tu le dis, il s'agit d'un drame intimiste et psychologique. J'ai également adoré les acteurs.

  • #7

    laseancearoggy (mardi, 09 décembre 2014 12:07)

    A Alice in oliver,
    C'est un petit film australien qui change des productions actuelles. Je pense vraiment qu'il est à découvrir.

  • #8

    laseancearoggy (mardi, 09 décembre 2014 12:09)

    A Tinalakiller,
    La peur est effectivement plus psychologique mais devient forte lorsque le comportement de la mère change et qu'elle menace son enfant avec un couteau. La performance des acteurs est d'ailleurs à souligner.

  • #9

    ingloriuscritik (mardi, 09 décembre 2014 12:52)

    je viens de l'avoir , et pas encore vu ...mais j'ai quand meme tenu a lire ta critique , car... j'avais gardé le ticket de caisse ! donc ce que tu en dis renforce mon intention , et je vais essayer de le mater cette semaine . sinon toujours un très bonne chro ,et qui en plus vend bien the thing pour ceux qui hésiteraient encore .
    je t'en reparlerai .

  • #10

    laseancearoggy (mardi, 09 décembre 2014 13:57)

    J'espère que le film te plaira et que je n'ai pas vendu un mauvais film (sinon, comme pour Rigs, je te rembourserai ton dvd, en plus tu as gardé le ticket de caisse...) et que tu en diras un mot chez toi !