708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MIRRORS

 

GENRE : Jeux de regards

REALISATEUR : Alexandre Aja

ANNEE : 2008

PAYS : USA

BUDGET : 35 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Kieffer Sutherland, Paula Patton, Amy Smart...

 

RESUME : Un ancien flic, forcé de démissionner de son travail après un accident ayant coûté la vie de son associé, travaille à présent comme veilleur de nuit dans un grand magasin brûlé et abandonné. Seuls quelques miroirs ont survécu aux flammes. Il réalise que ceux-ci cachent un horrible secret qui les menace, lui et sa famille.

 

MON HUMBLE AVIS

Même si Alexandre Aja affirme que Mirrors n’est pas un remake de Into the mirror du coréen Kim Seong-ho, force est de constater qu’il y a beaucoup de similitudes entre les deux films. Ce n’est pourtant pas un copié-collé et le réalisateur de La colline a des yeux et de Piranha 3D, qui s’est forgé une bonne réputation avec ses resucées de qualité, a tenté d’apporter sa touche personnelle à cette œuvre.

Ainsi, Alexandre Aja, toujours aidé de son complice Grégory Levasseur au scénario, crée une atmosphère particulière (le film a été tourné à Bucarest dans les énormes bâtiments de la Maison du Peuple et à l'Académie des Sciences) grâce à une belle photographie, mettant bien en évidence les décors et les salles à l’abandon. Un lieu délaissé qui, vidé de tout, ressemble à un vieil hôpital rempli des fantômes oubliés du passé. Au milieu de ces pièces presque vides, trônent des miroirs renvoyant une image déformée de la réalité et de leur propre destin à ceux qui les regardent. Le réalisateur utilise au mieux toutes les facettes des reflets jusque dans les meubles, pour montrer la dualité des personnages, sans que l’on ne sache vraiment où se situe la réalité.

Après une 1ère scène choc, Mirrors suit le destin de Ben (Kieffer 24 Sutherland qui a a déjà œuvré dans le genre avec L’expérience interdite), ancien flic violent et paumé, perdu dans l’immensité du bâtiment et confronté aux agissements maléfiques des miroirs. Sur le même sujet, on pense au récent Oculus de Mike Flanagan, où là aussi un grand miroir servait de réceptacle à une entité malfaisante. A la différence que dans Mirrors, tous les miroirs, vitres ou télévisions peuvent servir de passages et ce, même hors des murs du grand magasin. Cette possibilité contribue à faire migrer le scénario vers la famille de Ben et implique de fait l’ensemble du casting. Ce qui nous vaudra une autre scène très forte et gore lors d’une séquence dans une baignoire.

Si Mirrors dérive rapidement vers le film de fantômes et de maison hantée, les scénaristes relancent l’histoire en faisant intervenir un personnage majeur à la fin du film. Une conclusion un peu plus grand-guignolesque mais pas désagréable générant des apparitions monstrueuses. Au final, Mirrors est agréable à suivre, le réalisateur utilisant à fond les possibilités de points de vue offertes par ses miroirs. Un jeu de reflets et de faux semblants agrémenté d’élans sanguinolents très réussis dans l’ensemble.

 

NOTE : 4+/ 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 18
  • #1

    Rigs Mordo (vendredi, 14 novembre 2014 19:37)

    Je partage ton avis, c'est sympa! Il y a de bonnes choses, des défauts aussi, et je classe le film comme du même niveau que le film coréen, effectivement assez ressemblant dans les faits. Maintenant, ils se distinguent parce qu'ils n'ont pas les mêmes défauts: celui d'Aja est plus efficace et direct et sans doute plus joli, mais Into the Mirrors est un peu plus intelligent, profond et peut-être plus inventif. J'ajouterai que je trouve la fin de ce remake assez médiocre, il y a un coté "Mortal Kombat" qui m'a dérangé. Mais sinon c'est bien cool, et puis il y a la mimi Amy Smart, qui a une scène gore marquante en effet!

  • #2

    laseancearoggy (vendredi, 14 novembre 2014 19:40)

    C'est vrai que la fin fait un peu penser à "Insidious" avec ce délire un peu "over the top". Ca n'a pas trop à voir avec le reste du film. Mais, j'aime aussi bien le film qui est bien fait. Et, pour Amy Smart, elle est peut-être mignonne mais elle prend cher quand même...

  • #3

    Rigs Mordo (vendredi, 14 novembre 2014 19:48)

    Ah ça, c'est rien de le dire! Sacrée scène! Elle prend cher aussi dans Hypertension 2 mais c'est pas dans le même sens...

  • #4

    laseancearoggy (vendredi, 14 novembre 2014 19:55)

    Tu as raison, je me souviens maintenant :)

  • #5

    tinalakiller (vendredi, 14 novembre 2014 22:23)

    Difficile pour moi de juger ce film. Je l'avais vu au ciné et la scène de la mâchoire m'a réellement écoeurée, je suis sortie de la salle !

  • #6

    laseancearoggy (vendredi, 14 novembre 2014 22:26)

    Ah ben zut alors ! c'est dommage car le film valait de rester :) Même si je conçois que la scène soit un peu difficile...

  • #7

    tinalakiller (samedi, 15 novembre 2014 11:30)

    Quand je l'ai vu j'étais quand même jeune (oui bon 15 ans, c'est pas non plus 10) et j'ai tendance à être trouillarde : disons que le mix des deux a été fatal !

  • #8

    ingloriuscritik (samedi, 15 novembre 2014 11:55)

    ben , rigs , pardon roggy (...) c'est justement cette fin que tu traduit comme "grand-guignolesque" qui me laissât un peu ...sur ma fin . De bons moments de frisson sans pour autant user de jump scare répétitif ,;et si la bascule en phantom movie n'est pas ce que j'aurai rêvé de mieux , cette re lecture de la version coréenne est très solide , avec un sens de la réappropriation qui confirmait le talent ,aujourd'hui installé, de Aja .

  • #9

    laseancearoggy (samedi, 15 novembre 2014 13:08)

    A Tinalakiller,
    D'après mes calculs, maintenant tu es majeure et tu peux voir la suite :)

  • #10

    laseancearoggy (samedi, 15 novembre 2014 13:21)

    A ingloriuscritik,
    Bien d'accord avec toi sur la qualité de réalisation et de scénario d'AJa et de son acolyte Levasseur. La fin aurait pu être différente et moins portnawak. Mais, perso pour moi ça passe et le film est bien au-dessus des autres films d'épouvante actuels.

  • #11

    Dirty Max 666 (samedi, 15 novembre 2014 18:07)

    C'est pour l'instant le seul Aja qui m'ait déçu. Je ne vois dans ce "Mirrors" qu'un film de studio assez tiède. Si le film comporte deux passages gores marquants (mais gratuits), je reste moins convaincu par le reste. Notamment, le climax un peu à côté de la plaque, genre "Commando" rencontre "The ring". Globalement, il manque à ce "Mirrors", les aspects transgressifs de "La colline a des yeux" et "Piranha 3D"... Sinon, Roggy, tu te prépares à participer au prochain PIFFF ? Il m'a l'air énorme ce festoche.

  • #12

    laseancearoggy (samedi, 15 novembre 2014 18:50)

    Je comprends ton ressenti pour ce remake qui en-dessous de ses autres productions. Néanmoins, je serai moins catégorique que toi sur sa qualité. Je trouve le film divertissant et plutôt bien fait. Concernant le PIFFF, je me prépare effectivement. J'ai déjà acheté 15 places et je compte bien faire un rapport journalier comme pour l'Etrange festival !

  • #13

    tinalakiller (samedi, 15 novembre 2014 18:51)

    Oui je suis bien majeure (j'ai 21 ans) mais je suis toujours aussi trouillarde :o

  • #14

    laseancearoggy (samedi, 15 novembre 2014 18:53)

    C'est vrai que la peur n'a pas d'âge :)

  • #15

    2flicsamiami (jeudi, 20 novembre 2014 08:43)

    Je n'ai ni de bons, ni de mauvais souvenirs de ce Mirrors. Bien que ne l'ayant pas revu depuis sa sortie en vidéo, je me souviens d'un film sympa mais bâclant honteusement la psychologie de ses personnages et son drame familial.

  • #16

    laseancearoggy (jeudi, 20 novembre 2014 09:36)

    Effectivement, le film n'est pas développé au niveau de la psychologie des personnages mais il est quand même efficace et bien fait. A voir comme une série b réussie, et c'est déjà pas si mal...

  • #17

    Princécranoir (jeudi, 27 novembre 2014 16:59)

    Comme 2flics, je garde un souvenir assez flou de ce petit film que j'étais allé découvrir en salle. J'ai vu ensuite la version coréenne qui m'avait semblée un peu plus fouillée. Je vais illico relire ce que j'en avais pensé à l'époque (merci le blog ;) .

  • #18

    laseancearoggy (jeudi, 27 novembre 2014 18:31)

    Mais de rien Princécranoir :) Je vais aussi aller voir ça sur ton blog.

 

MIRRORS 2

 

GENRE : En verre et contre tout

REALISATEUR : Victor Garcia

ANNEE : 2010

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Nick Stahl, Emmanuelle Vaugier, William Katt...

 

RESUME : Quand Max, qui se remet peu à peu d'un accident traumatisant, est engagé comme gardien de nuit dans un centre commercial, il commence à voir dans les miroirs du magasin le reflet d'une mystérieuse jeune femme.

 

MON HUMBLE AVIS

Mirrors ayant rapporté (surtout grâce au box-office mondial) plus qu’il n’avait coûté, un Mirrors 2 fut lancé dans la foulée en reprenant grosso-merdo (version trash de grosso-modo) la même histoire pour un budget moindre, des acteurs moins connus et une sortie en DTV.

A la tête de cette production moins fortuné, on retrouve le réalisateur Victor Garcia (Artic Predator, Hellraiser : Revelations), Nick Stahl habitué des seconds rôles et des petites productions, néanmoins aperçu en John Connor dans le Terminator 3 : le soulèvement des machines. C’est un peu la même chose pour Emmanuelle Vaugier que l’on retrouve dans beaucoup de séries et dans quelques séries B comme Wishmaster 3 ou Saw 4. Pour le reste, le scénario reprend à peu près la ligne de conduite du 1er opus, avec notamment la scène d’ouverture sanglante. Les morts s’enchaînent comme dans tout DTV d’horreur, avec scène de nudité gratuite sous la douche (normal me direz-vous, mais avec des seins en plastique...) et meurtres sanglants de bonne facture.

Si le film n’est pas très original (on connaît déjà le sujet), la photographie forcément un peu plus terne, la réalisation tient néanmoins la route (il y a même des plans bien faits) malgré quelques longueurs dans le scénario. En revanche, à l’instar de Mirrors, cette suite n’est pas avare en effets gores et exécutions inventives en tout genre, pour un film qui s’apparente assez à un ghost-movie à l’asiatique (le look du fantôme). Au final, Mirrors 2 est une suite low-cost, pas désagréable au demeurant et qui remplit honnêtement son cahier des charges.

 

Question : Statistiquement, les actrices retouchées au bistouri, à la poitrine gonflée à la pompe à vélo, jouent-elles plus dans des séries B ou des DTV ? Une question qui restera sans réponse, mais auquel Mirrors 2 contribuera à alimenter un début de réponse...

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Rigs Mordo (vendredi, 14 novembre 2014 19:40)

    Pas vu cette suite! Elle semble passable à te lire, ça peut valoir le coup si je la croise dans un Cash Converter... Et mort aux seins en plastoc! Comme le disait le chanteur Phil Anselmo de Pantera et Down, dans les années 80 les seins étaient vrais au moins!

  • #2

    laseancearoggy (vendredi, 14 novembre 2014 19:42)

    Par rapport au 1er, c'est quand même en-dessous mais ce n'est pas honteux non plus. Tiens, je ne connaissais pas cette référence musicale lol mais elle est bien vrai :)

  • #3

    alice in oliver (samedi, 15 novembre 2014 07:57)

    déjà, à la base, je ne trouve pas le premier volet vraiment fameux, mais alors la suite...

  • #4

    laseancearoggy (samedi, 15 novembre 2014 08:34)

    Je comprends ton avis (même si j'ai bien aimé le 1er volet) pour cette suite un peu cheap au final.

  • #5

    Princécranoir (jeudi, 27 novembre 2014 17:09)

    Je constate que je n'ai pas raté grand chose en ne poussant pas le vice jusqu'à mirer ce deuxième Mirrors. La trouille de tomber dans le narcissisme peut-être :)

  • #6

    laseancearoggy (jeudi, 27 novembre 2014 18:32)

    Surtout l'intelligence de ne pas se mirer trop longtemps dans ce suite d'un miroir quelque peu écaillé...