749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MINDSCAPE

 

GENRE : Dans la peau de Mark Strong

REALISATEUR : Jorge Dorado

ANNEE : 2013

PAYS : Espagne/USA/France

BUDGET : 4 350 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Mark Strong, Taissa Farmiga, Brian Cox...

 

RESUME : Un homme parvient à pénétrer dans l'esprit des gens grâce à des techniques d'hypnose particulières. Un jour, il est chargé de s'occuper du cas d'une adolescente douée d'une intelligence incroyable mais malheureusement très dangereuse pour elle-même et pour les autres. La jeune fille est-elle psychotique ou a-t-elle vécu un terrible traumatisme ?

 

MON HUMBLE AVIS

Mindscape est le premier film issu d’une nouvelle boîte de production (Ombra films) dont le but est de mettre en avant des réalisateurs espagnols aux Etats-Unis sous la houlette notamment de Jaume Collet-Serra (Esther, Sans identité).

Et pour sa 1ère œuvre, la production nous pond un film esthétiquement très beau, bien joué et calibré pour ne jamais déborder des sentiers battus. Ce qui représente à la fois sa force et sa faiblesse. En effet, dès le départ l’argument fantastique concernant ces personnes capables de voyager dans les pensées (mnémo-détective) n’est qu’un prétexte pour nous expliquer que cette fonction est bien pratique pour découvrir la vérité et apporter un point de vue lors des procès.

Vite expédiée par le biais d’une émission de télévision, la capacité de ces presque médiums est utilisée par John Washington (solide Mark Strong) pour se pencher sur le cas d’Anna (diaphane et troublante Taissa Farmiga au regard ambigu) adolescente brillante et perverse qui refuse de s’alimenter. Les scènes dans les réminiscences d’Anna sont très réussies et permettent de revivre les situations originales en présence de John en spectateur attentif (son don lui donne la capacité d’être présent dans le champs de l'action). L’élément science-fictionnel rappelant ici le film The Cell de Tarsem Singh ou même Minority Report de Steven Spielberg.

Mindscape se transforme alors en thriller psychologique avec un John encore sous le choc de la disparition de sa propre femme qui commence à devenir fou (il a l’impression d’être épié et même suivi), perdu dans les rêves d’Anna, et cette dernière possédant une intelligence supérieure et semblant manipuler tout son entourage. Le film est agréable à suivre entre ces « deux mondes » où les réalités s’entre-croisent et se confondent à mesure où la réalité se dévoile.

Le revers de la médaille est que Mindscape est très prévisible et on peut anticiper assez facilement les événements. Le métrage essaie de se jouer des clichés mais tombe dans le déjà-vu, (le film renvoie à l’ambiance de certains films de fantômes qui abusent des apparitions énigmatiques et terrifiantes). A part l’ultime twist final, auquel je ne m’attendais pas, la dernière bobine est assez convenue avec ses révélations qui n’en sont pas vraiment et ne font que confirmer les suppositions engagées par un script trop sage et balisé.

 

NOTE : 4- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0