688 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
Etrange festival 2018
Etrange festival 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MIDNIGHT SPECIAL

 

GENRE : Ce garçon qui venait de l’exil

REALISATEUR : Jeff Nichols

ANNEE : 2016

PAYS : USA

BUDGET : 18 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Michael Shannon, Jaeden Lieberher, Joel Edgerton...

 

RESUME : Fuyant d'abord des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, se retrouvent bientôt les proies d'une chasse à l'homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. En fin de compte, le père risque tout pour sauver son fils et lui permettre d'accomplir son destin. Un destin qui pourrait bien changer le monde pour toujours.

 

MON HUMBLE AVIS

Midnight special est une œuvre assez particulière fleurant bon aussi bien un cinéma de science-fiction référentiel qu’une étude glaciale d’une société recluse sur elle-même et toujours prête à croire à un être supérieur. Le petit Alton (excellent Jaeden Lieberher, un des gamins du remake de Ça) est ainsi la pierre angulaire d’un récit assez simple qui doit mener le prodige vers un destin extraordinaire. C’est à ce voyage initiatique que nous convie Jeff Nichols (Mud, Take Shelter) et sa mise en scène ample entre séquences spectaculaires et moments plus intimes face à un garçon merveilleux à tous les sens du terme. Le film de Nichols porte de fait tous les stigmates du long-métrage de SF bien shooté et à la beauté plastique irréprochable.

Ces qualités indéniables sont peut-être paradoxalement les défauts d’un film engoncé dans un scénario ne donnant pas toutes les clés pour comprendre les origines d’Alton et la course-poursuite engagée entre le Gouvernement et ses parents, le père Roy (Michael Shannon, un peu plus en retrait que d’habitude) et la mère désespérée (Kirsten Dunst, Melancholia). Dans leur fuite pour faire évader Alton, ils sont aidés par Lucas un ami de Roy (Joel Edgerton, It comes at night), un flic prêt à tout pour donner un coup de main sans vraiment comprendre les raisons qui l’animent. Parce que le gamin est hors du commun, fascinant dans son attitude de surdoué autiste et obligé de porter en permanence des lunettes pour empêcher que ses yeux irradiés de lumière ne brûlent les regards des personnes autour de lui.

Même si le spectateur est tenu à l’écart de l’origine de ses pouvoirs, il constate l’étendue de ses ravages lors de scènes spectaculaires détruisant une maison ou par la chute d’un satellite sur une station-service. Des moments de bravoure contrebalancés par des séquences beaucoup mélancoliques où les personnages semblent perdus au milieu de cette fuite à l’issue irrémédiable. On pourra regretter que la partie initiale sur la secte retenant le petit garçon ne soit pas assez exploitée, car leur fascination pour cet être prétendument messianique avait un certain potentiel, même si des nervis envoyés par la communauté à leur trousse apportent un caractère de danger permanent.

Formellement, il n’y a donc pas grand-chose à reprocher à Midnight special, sauf sans doute ce petit plus qui le ferait basculer dans la tranche des très grands films auquel il renvoie avec force. De Rencontres du troisième type, à E.T. ou Starman, le long-métrage de Jeff Nichols emprunte le champ lexical et l’univers magique de ces films humanistes à grand spectacle, jusqu’au personnage du scientifique Agent Sevier (Adam Driver, Paterson) chargé d’apporter un contre-point scientifique et mettre encore plus en lumière des événements à l’aspect merveilleux. Grâce à de très beaux effets spéciaux, certaines séquences sont auréolées d’une dimension mystique propre à ces œuvres de science-fiction intelligentes qui laissent libre cours au spectateur de faire son introspection afin de donner un sens à la dernière bobine (un procédé rappelant le très bon Annihilation).

Au final, le puzzle des destins croisés se reconstitue tandis que le scénario finit de s’agencer, à la fois tarabiscoté avec son histoire de coordonnées géographiques et simpliste dans sa succession d’événements assez aisée à anticiper. Sublimé par la photographie et la mise en image d’un cinéaste construisant une œuvre importante, Midnight special laisse pourtant un goût d’inachevé comme si la mayonnaise n’était pas complètement montée dans son ambition de renouveler un genre à l’aune d’œuvres considérées comme cultes. Malgré ces défauts, le film reste une proposition de cinéma réussie grâce à son casting solide et une émotion prégnante notamment sur la fin du métrage. Dommage que cette empathie ne serre pas encore plus le cœur.

 

3,5/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Princécranoir (jeudi, 26 juillet 2018 11:50)

    Nichols dans ce registre reste Nichols. Les histoires de famille restent pour lui plus intéressantes que le folklore de la SF (la raison pour laquelle il ne cherche pas à dévoiler nécessairement tous les mystères). J'admire vraiment ce réalisateur capable de plier ses centres d'intérêts à des univers différents (même si l'environnement reste tout même celui de l'Amérique profonde).
    Bien bel article en tous les cas.

  • #2

    Roggy (jeudi, 26 juillet 2018 20:15)

    Je suis comme toi, j'aime bien ce réalisateur et pour le coup, j'ai une préférence pour "Take shelter" qui m'avait scotché, notamment la dernière séquence. Merci ton commentaire :)

  • #3

    MrVladdy (dimanche, 29 juillet 2018 10:28)

    Toujours pas vu ce film pourtant il me fait de l'oeil depuis un moment. J'aime beaucoup Michael Shannon en plus donc je reste confiant surtout que je garde un très bon souvenir de "Take shelter" :)

  • #4

    Roggy (dimanche, 29 juillet 2018 12:03)

    Si tu aimes Take shelter et surtout Michael Shannon, ce film devrait te plaire :)

  • #5

    tinalakiller (mardi, 14 août 2018 16:23)

    Il ne s'agit pas de mon Nichols préféré (difficile d'égaler avec son Take Shelter), beaucoup de références qui prennent parfois le dessus mais ça reste un très beau film qui a su me toucher.

  • #6

    Roggy (mardi, 14 août 2018 18:42)

    Complètement d'accord avec toi. Ce n'est pas mon préféré (certainement aussi "Take shelter" est pour moi le meilleur). Sans être parfait, "Midnight special" reste un bon film néanmoins.