690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MERCY


GENRE : Merci pour le chocolat satanique

REALISATEUR : Peter Cornwell

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : 1 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Chandler Riggs, Shirley Knight, Dylan McDermott...


RESUME : Peu de temps après s'être installés chez elle avec leur mère, deux garçons découvrent que leur grand-mère est en réalité une sorcière ayant passé un pacte avec un démon.


MON HUMBLE AVIS

Adapté d’une nouvelle de Stephen King, Mercy est un petit film d'épouvante autour du thème de la possession démoniaque et de la sorcellerie en provenance directe de l’écurie Blumhouse, pourvoyeuse de pouliches de concours comme Sinister ou de canassons proches de l’abattoir à l’image de Paranormal activity, et drivé par le jockey ayant déjà œuvré sur Le dernier rite.

Bien loin des envolées fumeuses et sataniques de The Lords of Salem, le film s’attache à décrire la vie d’une famille et notamment de la relation entre Georges (Chandler Riggs, le fils belliqueux de Rick dans The Walking dead) et sa grand-mère, Mercy (Shirley Knight, vue dans Elevator), sous tranquillisants dans un hôpital psychiatrique. Une fois cette dernière revenue chez elle sous la surveillance de sa fille et de ses deux enfants dont le petit Georges, les manifestations étranges se font plus prégnantes, d'autant plus avec la découverte du livre des pleurs, ferment des malheurs familiaux.

Passée une première scène tranchante et efficace, Mercy se fera plus sobre dans sa trame et sa mise en place des protagonistes dans laquelle on reconnaît Dylan McDermott (Les Messagers) ou encore Mark Duplass (The lazarus effect) dans des seconds relativement anecdotiques. Un peu à l’image de ce film qui a du mal à trouver son rythme de croisière entre l’étude psychologique sur les rapports familiaux et l’épouvante pur jus, symbolisée par cette grand-mère qui, lorsqu’elle ne se pique pas, se prend pour une Tatie Danielle sous acide. Le film prend donc son temps pour créer un climat anxiogène dans cette vieille demeure, trônant seule en haut d’une colline où le malin a pris possession de Mercy.

Le problème du film est qu’on a toujours un coup d’avance sur les personnages au fur et à mesure où Georges et sa famille découvrent l’origine de cette malédiction démoniaque. Les scénaristes multiplient alors les figures imposées avec morts mystérieuses et intervention d’un prêtre au courant de l’affaire, au milieu d’une réalisation correcte mais sans génie, n’abusant pas néanmoins de jumps scares inopportuns. Des enjeux esquissés sans être réellement aboutis jusqu’à un climax survolté et un peu grand-guignolesque à la Insidious, où Mercy se transforme en super mamie de l’enfer, vociférant et gesticulant pour occire le pauvre George.

Au final, même si le film ne casse pas trois bras à un cadavre, Mercy peut satisfaire le chaland aimant les mémés sataniques, les pentagrammes sur le sol et les livres démoniaques dans une ambiance bucolique de campagne américaine.


NOTE : 3 /6

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 23 septembre 2015 20:14)

    Je trouve que ça semble cool, ta chro me donne envie de le voir en tout cas! Je ne pensais pas que c'était une prod Blumhouse, la cover est si laide que je croyais à un Z de moindre importance. Un rattrapage s'impose!

  • #2

    Roggy (mercredi, 23 septembre 2015 20:34)

    Tu connais mon manque de méchanceté :) et je ne sais pas si le film te plaira vraiment car on a vu largement mieux dans le genre. Peut-être que les vieilles possédées t'attirent tu me diras...

  • #3

    Nola Carveth (dimanche, 27 septembre 2015 12:25)

    Shirley Knight, c'est la maman de John Doe 83 ! Le film me tente pour elle.

  • #4

    Roggy (dimanche, 27 septembre 2015 17:43)

    Merci Nola pour l'info car je n'avais pas fait le rapprochement ! Si tu vois le film, tu pourras alors examiner sa performance à la loupe, même si elle n'a rien à voir avec "The Sender".

  • #5

    titi70 (jeudi, 01 octobre 2015 10:09)

    Petit méssage qui n'a rien à voir avec la chronique pour t'annoncer officiellement l'ouverture de mon nouveau blog : http://filmsandseries.canalblog.com/

  • #6

    ChonchonAelezig (mardi, 06 octobre 2015 11:06)

    Tiens, ça me tente bien aussi. Je note.

  • #7

    Roggy (mardi, 06 octobre 2015 20:20)

    J'espère qu'il te plaira :)