708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

MAN OF STEEL

 

GENRE : Monsieur Thatcher

REALISATEUR : Zack SNYDER

ANNEE : 2013

PAYS : USA/Canada/UK

BUDGET : 225 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon...

 

 

RESUME : Un petit garçon découvre qu'il possède des pouvoirs surnaturels et qu'il n'est pas né sur Terre. Plus tard, il s'engage dans un périple afin de comprendre d'où il vient et pourquoi il a été envoyé sur notre planète. Mais il devra devenir un héros s'il veut sauver le monde de la destruction totale et incarner l'espoir pour toute l'humanité.

 

MON HUMBLE AVIS :

Ce nouveau Superman laisse un goût mitigé en bouche. C’est certainement un bon film, mais on se dit qu’il aurait pu être beaucoup mieux. La faute avant tout à une réalisation trop agressive et cafouillis (à cause de la 3 D ?) et à des ellipses scénaristiques où les événements s’enchaînent trop simplement.

Pourtant la scène d’ouverture sur la planète Krypton est magnifique. Les décors et les effets spéciaux sont bluffants. La 1ère partie du métrage rappelle celle de tous les films de super-héros, avec l’enfance, l’évolution avant la transformation. Ici, la mise en place du personnage est plutôt bien amenée par le biais de flashbacks. A ce titre, Henry Cavill est parfait dans le rôle du Man of Steel, à la fois sobre dans son jeu et charismatique grâce à sa puissance naturelle.

La 2ème bobine est des plus classiques avec le combat contre le méchant, le général Zod, campé par le très bon Michael Shannon. Encore une fois la cité, Metropolis, en subit les conséquences. Force est de constater que depuis le 11 septembre, les destructions massives sont courantes... Il est vrai aussi que les effets numériques rendent possibles aujourd’hui tous les délires des réalisateurs.

D’ailleurs, il faut saluer la qualité visuelle de l’ensemble, les décors, les costumes, les armures. Les scénaristes donnent ainsi une explication plausible au costume de Superman (sans slip rouge).

En revanche, pour moi les références religieuses sont trop appuyées. Superman est le Christ sauveur guidant les hommes vers un monde meilleur. Il a 33 ans, va à l’église, prend des positions dans les airs du Christ en croix... Toutes ces bondieuseries n’apportent rien à l’histoire, si ce n’est une forme de justification de la présence de cet être supérieur. Pas très subtil.

Au final, après une 1ère heure de mise en place, plutôt agréable, le 2ème heure rentre dans le moule du blockbuster classique, faite d’explosions pyrotechniques et de destructions urbanistiques.

 

NOTE : 4 / 6 

Écrire commentaire

Commentaires: 0