749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

MACISTE CONTRE ZORRO


GENRE : Drôle d’endroit pour une rencontre

REALISATEUR : Umberto Lenzi

ANNEE : 1963

PAYS : Italie

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Alan Steel, Pierre Brice, Moira Orfrei...


RESUME : Après la mort d'un roi, deux héritières se disputent le trône et sont à la recherche du testament. L'une d'elles décide de faire appel à Zorro pour l'aider et l'autre à Maciste.


MON HUMBLE AVIS

Créer un cross-over entre le péplum et le film de cape et d’épée était la gageure que nous promettait cet improbable Maciste contre Zorro. Et pourtant, Umberto Lenzi transforme l’essai avec cette bande certes fantaisiste mais 0 combien réjouissante.

Même si ce dernier n’a réalisé qu’une dizaine de films à cette époque, Umberto Lenzi se fera connaître dans plusieurs genres comme le fantastique avec Au pays de l’exorcisme, le film de cannibale avec Cannibal Ferox ou de zombie avec L’avion de l’apocalypse. Des titres de références dont les prémisses apparaissaient peut-être déjà dans ce film d’aventures de 1963.

Malgré son postulat de départ totalement anachronique faisant cohabiter l’hispanisant Zorro au "péplonien" Maciste, le film reste cohérent et bénéficie d’un traitement suffisamment sérieux pour fonctionner. En effet, Maciste contre Zorro est une vraie bande d’aventures old school où fusionne des genres différents de manière amusante et réussie. Une bonne humeur générale enserrée dans un scénario plutôt simple mais non dénué d’intérêt permettant aux personnages de déployer une énergie communicative. La mise en scène de Lenzi et son Technicolor magnifique embellissent les d’affrontements décalés entre un Maciste torse poil, les soldats façon mousquetaire de la malfaisante Malva et l’acrobatique Zorro.

Le film bénéficie aussi des formes généreuses d’Alan Steel (alias Sergio Ciani vu dans Sanson contre Hercule) dans le rôle de Maciste, perpétuant ainsi la tradition des bodybuildeurs musculeux évoluant dans les péplums européens. Il est plus là pour sa carrure que pour son jeu et on se demande encore comment il passe inaperçu dans les rues de la ville (il revêtira néanmoins un marcel en cuir pour faire plus habiller). Sans oublier la prestation tout en subtilité de Pierre Brice, éternel héros indien dans la série de western germaniques des Winnetou. Chacun des deux héros aura son moment de gloire à l’écran lors de scènes d’action bien menées jusqu’à un duel fratricide et drôle en pleine campagne où Zorro sortira son épée et Maciste sa grosse poutre (une vraie poutre hein...).

Parce qu’au départ, les deux comparses sont opposés. Maciste est envoyé par Malva pour récupérer et détruire le testament prouvant que sa rivale Isabella doit accéder au trône de Nogara. Cette dernière a sollicité Zorro pour l’aider dans sa quête. Une confrontation basée sur un mensonge (Maciste est manipulé) qui engendrera une multitude d’affrontements, de trahisons et de scènes fort sympathiques convoquant tous les ingrédients inhérents à ce genre de films. Ainsi, Zorro virevolte comme un beau diable au milieu d’assaillants où son épée fait mouche tandis que Maciste utilise sa force herculéenne pour se dépêtrer de situations périlleuses. Il est enchaîné dans une prison avec un crocodile censé être vivant (ou il est en carton) qu’il enverra ad patres d’un coup de pierre en polystyrène. La bonne idée du film est de ne pas cantonner Maciste à un rôle d’idiot du village uniquement mû par sa force. Il est intelligent, rusé et utilise même son charme auprès d’une servante pour pénétrer le château à la fin du film. Un final qui verra enfin nos deux héros s’associer et se battre ensemble pour découper pour l’un et désosser pour l’autre du soldat.

Au final, Maciste contre Zorro est un spectacle divertissant qui parvient à faire exister deux personnalités qui n’auraient jamais dû se rencontrer. Umberto Lenzi prend au sérieux ses personnages, même si l’humour est toujours très présent, et rend crédible un projet qui, sur le papier, ne semblait pas envisageable. Bien rythmé, jamais ennuyeux, Maciste contre Zorro est un bon film de cape et d’épée où se serait perdu un héros antique glabre et barbu pour notre plus grand plaisir.


NOTE : 4/ 6

Écrire commentaire

Commentaires: 12
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 29 avril 2015 19:49)

    Ah, la poutre de Maciste... Très bonne chro pour un film qui semble sympa, je préfère en tout cas Lenzi dans ce registre que lorsqu'il tue des animaux pour ses bisseries... Alan Steel jouait Hercule dans Le Grand Défi d'ailleurs, le rôle de Maciste revenant au souriant Howard Ross!

  • #2

    Roggy (mercredi, 29 avril 2015 20:38)

    Je me disais bien que je l'avais vu Alan Steel il n'y a pas si longtemps. C'était donc chez toi :) Je pense que le film te plairait vraiment. Il y a tout ce que tu aimes. Des hommes presque nus, des épées et des poutres...

  • #3

    Rigs Mordo (mercredi, 29 avril 2015 20:41)

    Tu m'as déjà fait une sale réputation de collectionneur de poupées gonflables et me voilà fans des hommes nus et leurs grosses poutres...

  • #4

    Roggy (mercredi, 29 avril 2015 20:44)

    J'y peux rien moi si Maciste se promène avec un moule-bite... forcément, la poutre... :)

  • #5

    Alice In Oliver (jeudi, 30 avril 2015 15:23)

    Ah je ne crache pas sur un bon vieux Maciste contre Zorro. A l'époque, le péplum et le cape d'épée sont encore à la mode. Une formule qui fonctionne encore dans cette petite bisserie plutôt agréable dans l'ensemble

  • #6

    Roggy (jeudi, 30 avril 2015 18:37)

    Je confirme ! le film est très agréable et vole bien au-dessus de bien des bisseries ratées et ennuyeuses. Vive Maciste et vive Zorro !

  • #7

    princécranoir (dimanche, 03 mai 2015 17:54)

    Il est loin le temps où les Italiens ne reculaient devant rien pour organiser des confrontations contre-nature ! On se prend à rêver aujourd'hui d'un Hercule contre les Avengers, ou bien un Godzilla contre Wonder woman, mais je doute que les pontes hollywoodien aient pour ça suffisamment d'humour.

  • #8

    Roggy (dimanche, 03 mai 2015 18:49)

    Excellent tes exemples ! Dans tous les cas, Hercule et Wonder Woman vont prendre cher :) Terminator Vs Fantômas !

  • #9

    Princécranoir (dimanche, 03 mai 2015 18:59)

    Après coup je m'aperçois que mes exemples sont pourtant très crédibles : Hercule, tout comme Thor, est un personnage mythologique intégré au panthéon de la Marvel et il fut même membre (mais sans poutre) des Vengeurs ! Quant à Wonder Woman et Godzilla, ce sont deux licences de la Warner, alors pourquoi pas. Par contre "Terminator Vs Fantomas" me semble une option plus originale, à laquelle on pourrait ajouter un très prometteur "Power Rangers défient les Trois Mousquetaires".

  • #10

    Roggy (dimanche, 03 mai 2015 19:20)

    Tout à fait crédible effectivement. Et, j'approuve ta dernière proposition ! Bah dans le même style "Frankenstein empapaoute X-Or"...

  • #11

    Princécranoir (lundi, 04 mai 2015 14:22)

    Y a du blé à se faire ! On tourne quand ?

  • #12

    Roggy (lundi, 04 mai 2015 19:31)

    Mais quand tu veux Prince ! On va faire un crowfunding... je pense que ça peut marcher :)