708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LOST SOUL

 

GENRE :

REALISATEUR : David Gregory

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : ?

 

RESUME : La genèse et l’accouchement dans la douleur du film, raté "L’Ile du Dr Moreau" (1996), adaptation d’un roman de G.H Wells, autour de son initiateur malheureux, Richard Stanley.

 

MON HUMBLE AVIS

Lost soul, the doomed journey of Richard Stanley's island of Dr Moreau est un documentaire réalisé par David Gregory (Plague town) sur le destin de Stanley Stanley qui devait tourner comme 3e film, une adaptation d'un roman d'H.G. Wells, l'île du Dr Moreau. Malheureusement pour lui, après 4 ans de préparation et quelques semaines de tournage, il se fait virer du plateau et sera remplacé par John Frankenheimer.

La moitié du film est consacré aux débuts de Richard Stanley qui avait tourné 2 films Hardware et Dust devil, ce qui le propulsera vers la réalisation de l'île du Dr Moreau. La deuxième moitié revient sur l'arrivée de Frankenheimer aux commandes du projet et de la tournure plutôt cocasse du projet.

Le film est bourré d'anecdotes sur le tournage et sur les problèmes de la production qui subit un ouragan, et surtout le casting qui devait inclure à la base Bruce Willis (il divorça et ne put sortir du pays) et James Wood. Appuyés par des interviews des protagonistes de l'époque, les techniciens, les acteurs comme Fairuza Balk, Lost soul met le doigt sur les véritables soucis du film, la présence de Marlon Brando et Val Kilmer. Brando, lunaire, est complètement aux fraises (sa fille vient de se suicider) et Kilmer est un acteur exécrable, imbu de lui-même depuis son succès dans Batman Forever.

Frankenheimer reprend le film à son envie mais surtout en modifiant le script aux gré et aux desiderata de Brando. Ce qui transforme l'île du Dr Moreau en un portnawak généralisé, dont la mégalomanie du monstre sacré atteint même le plus petit acteur du monde, Nelson de la Rosa. Un délire total sur le plateau où, finalement, Richard Stanley reviendra incognito et maquillé dans la peau d'une créature.

Un documentaire très drôle à voir pour tout amoureux des films de genre et qui donne envie de revoir le film à l'aune de tous ces éclairages.

 

Note : 5- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0