708 chroniques de films

  30 chroniques de série

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LE LIVRE D'ELI

 

GENRE : Prosélytismement vôtre

REALISATEUR : Hugues Brothers

ANNEE : 2010

PAYS : USA

BUDGET : 80 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Denzel Washington, Gary Oldman, Mila Kunis...

 

RESUME : Dans un futur proche, l'Amérique n'est plus qu'une terre désolée dont les villes sont des ruines et les routes autant de pièges infestés de bandes criminelles. Depuis des années, Eli voyage seul, se protégeant des attaques et se battant pour trouver de quoi survivre. Lorsqu'il arrive dans ce qui fut autrefois la Californie, Eli se heurte au redoutable Carnegie, un homme qui ne recule devant rien pour imposer sa volonté à la petite communauté qu'il contrôle.

 

MON HUMBLE AVIS

On n'avait pas revu les frères Hugues depuis le très réussi et très sombre From Hell. Ils nous reviennent donc avec un film post-apocalyptique où toute vie civilisée a disparu au détriment de bandes organisées ne jurant que par le viol et la recherche de nourriture.

Au milieu de ce chaos, Eli (Denzel Washington) campe un héros tout en retenu, une âme en peine en direction de l'ouest. Sous un soleil ardent, les derniers humains portent des lunettes contre les U.V. comme de vulgaires vampires. Dès le début du film, on suit le personnage d'Eli, seul dans sa quête dont la seule alternative est la survie. Pourtant, l'intrigue tourne autour d'un mystérieux livre qui fait tourner la tête du méchant de service Carnegie (Gary Oldman).

Plastiquement, le film est très beau. Les deux références importantes sont La Route de John Hillcoat pour l'ambiance fin du monde, avec comme point commun les cendres qui volent de manière continue ; et Mad Max pour les courses-poursuites sur des véhicules customisés. La mise en scène aérée et fluide des frères Hugues manifie aussi les paysages désertiques et la sensation d'un monde en décrépitude.

Ce qui pose un léger problème est le message du film. En effet, le livre en question n'est tout autre que la Bible, la dernière édition pour être précis. Si Carnégie la recherche, c'est pour dominer les humains qui, illétrés, pourraient être asservis pour le discours du manuscrit. On pourrait voir ici une charge contre la religion en en renvoyant tout un pan à une soumission de l'esprit et du corps. Or, ce discours est contrebalancé par la suite quand Eli parvient enfin à son but, dans un hâvre de paix, avec comme unique objectif de publier la dite Bible (?!?).

Eli devient le messie. On aurait pu s'en douter puisqu'il avoue avoir entendu des voix et semble même protégé des balles ! Ce discours prosélyte et religieux nuit et plombe l'ensemble du métrage, malgrè de réelles qualités graphiques.

 

NOTE : 4- / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Mr Vladdy (mercredi, 26 mars 2014 23:33)

    J'ai vu ce film lors de sa sortie en salles mais je ne m'en souviens plus si ce n'est que je l'avais que trop peu apprécié. Je le trouvais trop simple trop prévisible et avec des acteurs caricaturaux à l'excès. Maintenant je reconnais qu'il faudrait quand même que je le revois pour être plus objectif.

  • #2

    Alice In Oliver (lundi, 31 mars 2014 11:24)

    Un peu décevant je trouve pour ce film post apocalyptique biblique qui joue aussi la carte du western spaghetti sans réellement convaincre

  • #3

    laseancearoggy (lundi, 31 mars 2014 13:40)

    C'est vrai que le film a du mal à pencher d'un côté et que les réalisateurs se regardent un peu filmer...

  • #4

    2flicsamiami (mardi, 01 avril 2014 10:24)

    Je suis plutôt partisan de ce film que je considère comme un excellent récit post-apocalyptique. La très forte résonance qu'il entretient avec la religion me parait essentielle dans cette quête de renouveau, d'autant plus que la bible, en tant qu'objet de culte mais aussi œuvre culturelle, à toute son importance dans l'histoire du monde et des technologies.

  • #5

    laseancearoggy (mardi, 01 avril 2014 13:35)

    Il me semble tout de même que le côté religieux prend plus le dessus sur le côté culturel, même si le but est de l'imprimer pour en laisser une trace.