588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LIFE :ORIGINE INCONNUE

 

GENRE : C'est la vie

REALISATEUR : Daniel Espinosa

ANNEE : 2017

PAYS : USA

BUDGET : 58 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Jake Gylleenhaal, Ryan Reynolds, Rebecca Ferguson...

 

RESUME : À bord de la Station Spatiale Internationale, les six membres d’équipage font l’une des plus importantes découvertes de l’histoire de l’humanité : la toute première preuve d’une vie extraterrestre sur Mars. Alors qu’ils approfondissent leurs recherches, leurs expériences vont avoir des conséquences inattendues, et la forme de vie révélée va s’avérer bien plus intelligente que ce qu’ils pensaient…

 

MON HUMBLE AVIS

On aurait tous dû croire Jean-Claude Bourret quand il disait que les extra-terrestres étaient parmi nous. Surtout les astronautes de la station internationale qui, malheureusement pour eux n'ont jamais capté feu La 5, se retrouvent aux prises avec une entité en provenance de la planète Mars ressemblant à un mélange entre un poulpe et un mollard géant. Allez JCB, enfile ton costume de présentateur et va bouter l'alien hors de la station volante !

Il semblerait que les rencontres avec des ET plus ou moins méchants fassent toujours autant fantasmer les scénaristes. Après un cérébral Premier contact et avant un attendu Alien Covenant, déboule sur nos écrans cette petite série B de l'espace (58 patates pour un tel projet c'est pas si énorme). Life : origine inconnue (merci les traducteurs français pour la précision...) débute par un très beau plan séquence permettant aux spectateurs de découvrir l'ensemble des six astronautes se promenant en apesanteur dans la station spatiale internationale. Comme dans un documentaire, on découvre leur travail au quotidien, l'entraînement physique pour rester en forme et même les communications avec la Terre et notamment les élèves d'une classe, jusqu'à qu'ils récupèrent une sonde leur apportant des prélèvements de la planète rouge et une forme de vie baptisée Calvin par les mioches ricains.

Si la première demi-heure reste très didactique et dans une approche scientifique, le film bascule dans le thriller horrifique quand la larve de l'espace, qui semblait toute mignonne, décide de prendre la poudre d'escampette de son labo de dissection. S'agrippant à la main du scientifique voulant la stimuler avec de l'électricité (le con...), Calvin parvient à se faufiler hors de sa prison transparente provoquant la panique du reste de l'équipage qui ne sait plus comment faire pour respecter les protocoles de sécurité. Très vite, la bestiole montre ses intentions. Bouffer de l'astronaute en combinaison et grossir de plus en plus (la vie d'un geek quoi). Et il est vrai qu'au gré de ses repas, le calamar de l'espace prend des proportions de pieuvre dont l'allure nous dirait bien quelque chose.

Life est clairement une relecture de Alien, le 8e passager dans un environnement similaire à celui de Gravity. En premier lieu, la créature ressemble à celle du chef-d’œuvre de Ridley Scott. Elle ne s'accroche pas comme une araignée sur la tête de ses victimes, mais à la fâcheuse tendance à vouloir insérer ses tentacules dans tous les orifices disponibles. Ce qui nous vaut quelques séquences sanglantes réussies et notamment la disparition d'un des membres de l'équipage boulotté de l'intérieur. Parmi eux d'ailleurs, il y a quelques têtes connues à commencer par Jake Gylleenhaal (Donnie Darko), Ryan Reynolds (Green lantern), Rebecca Ferguson (La fille du train) ou encore Hiroyuki Sanada qui avait déjà tenu le rôle d'un astronaute dans Sunshine de Danny Boyle. Un casting relevé pour un film qui s'apparente au final à un Survival dans l'espace.

En effet, Daniel Espinosa (réalisateur suédois un peu passe-partout de Easy money, Sécurité rapprochée et Enfant 44) ne s'embarrasse pas trop de la psychologie des personnages, malgré quelques dialogues de transition entre les scènes d'action, pour rentrer assez rapidement dans le vif du sujet. Comment expulser la créature de la station alors que cette dernière cherche par tous les moyens à s'infiltrer dans n'importe quel interstice. Le réalisateur utilise ainsi toutes les possibilités du vaisseau, y compris les sorties dans l'espace et les capsules de survie pour installer son huis-clos qui se transforme de fait en home invasion. Il n'hésite pas non plus à éliminer ses acteurs dans des séquences correctement shootées où le suspens s'avère bien amené. Rien d’exceptionnel dans la mise en scène mais elle se met au service de l'action et d'un scénario tenant bien le cap de l'entreprise.

Autres points forts de Life, les effets visuels pour dépeindre l'espace et l'apesanteur dans la station où les astronautes se meuvent comme ils peuvent, pourchassés par un alien vorace et collant. En revanche, malgré une musique ample de Jon Ekstrand, le film manque d'emphase et de saveur parce qu'on n'a pas vraiment d'empathie pour les personnages. De même, si les scénaristes multiplient les rebondissements, les événements restent prévisibles et trop proches de la saga Alien, à l'image de la dernière séquence qu'on sent venir à des années lumière. Au final, Life demeure dans la catégorie des films réussis qui, sur un script simple, parviennent à être divertissants grâce à une interprétation et une mise en image tout à fait correctes pour une série B d'action dans une station spatiale avec une créature belliqueuse. Rien à voir avec son illustre aîné qui trône encore, et pour longtemps, au firmament des plus grands films d'horreur dans l'espace. Et Jean-Claude est toujours vivant à la fin.

 

4/6

 

Écrire commentaire

Commentaires : 10
  • #1

    Laurent (lundi, 08 mai 2017 19:56)

    J'ai failli aller voir ce film (je lui ai préféré au dernier moment Logan, qui était encore à l'affiche), mais il ne me tentait pas vraiment. Peut-être à cause de la BA qui me faisait justement trop penser à Alien. Ce que tu confirmes.

  • #2

    Roggy (lundi, 08 mai 2017 19:58)

    C'est vraiment un succédané d'Alien même si le film n'est jamais ennuyeux. Et puis, Logan était un très bon choix :)

  • #3

    Alice In Oliver (mardi, 09 mai 2017 11:34)

    Pas vu mais une série B de luxe visiblement qui réunit tout de même un sacré casting. J'en prends bonne note en tout cas

  • #4

    Roggy (mardi, 09 mai 2017 13:45)

    Comme tu dis, on est presque dans un blockbuster malgré un budget moindre si on le compare à d'autres. A l'occasion pourquoi pas :)

  • #5

    Rigs Mordo (mardi, 09 mai 2017 14:44)

    "Une relecture d'Alien", oui ça se voit dans le trailer, mais je pense tester one day, sans me presser néanmoins. Belle chro en tout cas mon ami !

  • #6

    Roggy (mardi, 09 mai 2017 16:26)

    Merci Rigs ! Tu as tellement de bis transalpin ou teuton à voir avant :)

  • #7

    princécranoir (mardi, 16 mai 2017 19:18)

    Je me souviens bien sûr de Jean-Claude Bourret qui, à l'instar de David Vincent, les avait vus et se devait de convaincre un monde incrédule que le cauchemar avait commencé. ;-)
    J'aurais carrément dû aller voir ce "Life" qui avait une chouette gueule d'atmosphère de série B plutôt que le prétentieux "Covenant" qui se donne des airs de poète romantique.
    Vu que tu lui trouves des arguments sympathiques, je ne dis pas que je passerai mon chemin si je le croise dans les bacs.

  • #8

    Roggy (mardi, 16 mai 2017 20:23)

    Si "Life" n'a rien de révolutionnaire, il est plutôt divertissant. Quant à "Alien Covenant", j'irai me faire mon avis et on en discutera :)

  • #9

    Mr Vladdy (jeudi, 18 mai 2017 16:08)

    Curieux de le voir aussi celui-ci. En voyant sa BA, je m'attends à un film qui aurait du être la vraie suite des Aliens à savoir que faire quand le danger approche réellement de la population et n'est plus confiné dans l'espace. Quelques attentes donc même si pour le moment, je n'en fait pas une priorité.

  • #10

    Roggy (vendredi, 19 mai 2017 18:36)

    J'ai été surpris par la qualité du film alors que je n'en attendais rien.