690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

 

KICK ASS 2

 

GENRE : Dans ton cul Lulu

REALISATEUR : Jeff Wadlow

ANNEE : 2013

PAYS : USA/UK

BUDGET : 28 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Aaron Taylor-Johnson, Chloë Grace Morentz, Jim Carrey...

 

RESUME : L’audace insensée de Kick-Ass a inspiré une pléthore de vengeurs masqués autodidactes, le Colonel Stars & Stripes en tête, auxquels notre héros va s’allier pour patrouiller les rues de la ville et assurer la sécurité générale. Mais quand Red Mist, réincarné en Mother Fucker, décide de s’attaquer à ces super-héros amateurs, seuls les sabres acérés de Hit Girl sauront les sauver de la destruction.

 

MON HUMBLE AVIS

Gros succès critique et au box-office, Kick Ass, premier du nom, avait fait l’effet d’une petite bombe avec ses scènes trash et son esprit déjanté, en adaptant l’œuvre de Mark Millar. D’autant plus que le film était signé Matthew Vaughn (Kingsman) et bénéficiait de la présence de Nicolas Cage dans un rôle décalé. Parti cherché fortune chez les X-Men, le réalisateur est ici remplacé pour cette suite par Jeff Wadlow, auteur d’un acceptable slasher Cry wolf, et Jim Carrey (Truman Show), qui reniera par la suite, prend la place de Mister Cage dans un rôle d’un colonel fanatique.

On prend donc (presque) les mêmes et on recommence, sauf que les protagonistes ont pris trois ans dans la gueule et ont grandi pour devenir des adolescents (syndrome Harry Potter). Du coup, ce qui faisait le charme et le décalage du premier film tombe un peu à plat malgré la 1ère scène montrant Mindy, alias Hit girl (Chloë Grace Morentz) canardant Dave (pas le chanteur hein), alias Kick Ass (Aaron Taylor-Johnson) muni d’un gilet par balles pour l’endurcir. Un peu comme elle le faisait avec son père Big « Nico Cage » Daddy. Une filiation que l’on retrouvera aussi avec le fils du méchant du 1er film, "Red mist" (Christopher Mintz-Plasse) qui, pour venger son père tuer par Kick Ass, devient le vilain Mother Fucker et décide de monter un gang de voyous dans le but d’atomiser le garçon au collant vert.

On aura compris que le scénario ne s’embarrasse pas de subtilités et restera très basique. Il servira juste à mettre en avant toute une ribambelle de vrais-faux super-héros de quartiers, s’étant découvert une vocation de défenseurs de la veuve et de l’orphelin grâce aux exploits de Kick Ass. Si le premier film mettait en lumière les dérives de la célébrité à tout prix et de l’utilisation des médias, cette suite déploie une thématique pour le moins nauséabonde en érigeant l’auto-défense en art de vivre et cool attitude. Certes, les Vigilante sont une institution aux Etats-Unis. De Batman à Charles Bronson, ces héros populaires ont tenté de faire régner l’ordre dans leur ville respective. Or, c’étaient des initiatives individuelles, émanant d’un traumatisme profond qui pouvait encore expliquer leur geste.

Dans Kick Ass 2, n’importe quel événement est prétexte à supplanter la justice dans les rues. Ainsi, des groupes d’auto-défense se constituent, sur simple demande via le net, et patrouillent en ville pour faire respecter l’ordre. Une tendance bien actuelle dans l’Amérique (et dans d’autres pays) où la peur régit l’attitude des citoyens en les poussant à la guerre. La scène où Hit girl entraîne Kick Ass à balles réelles est ainsi symptomatique du phénomène. L’adolescent provoque volontairement des petites frappes juste pour se faire la main dans un déluge (numérique faut pas déconner) de sang et de membres coupés avec un cynisme qui dépasse son caractère prétendument fendard et second degré. Nulle envie ici de livrer une morale rétrograde mais, force est de constater, que le film, sous ses airs de gentille déconnade entre potes, délivre un message ultra conservateur propre à comprendre comment les pires despotes à la moumoute blonde peuvent devenir Président d’une Amérique dépassée, faisant passer Le justicier dans la ville pour une Bisounourserie post guerre du Vietnam.

Formellement, et si on met de côté cette morale puante, le film livre son lot de combats plutôt bien rythmés jusqu’à une bataille finale ressemblant plusieurs dizaines de combattants, entrecoupés de gags à base vomis et de vulgarité comme dans les teens movies, soi-disant, transgressifs. Pourquoi pas me direz-vous, mais le problème du film est qu’il se prend trop au sérieux pour être honnête tant sur la morale à laquelle il renvoie ou sur l’attitude faussement Bad-ass des personnages (et plus débiles les uns que les autres, la palme du cabotinage revenant au mal nommé Mother Fucker). Un mélange qui sonne faux et dont la mégalomanie des personnages justifierait à elle seule le destin de pauvres quidams et de marginaux, uniquement bons à servir de défouloirs pour crétins pseudo-héroïques.

Entre amourette adolescente et gags lourdingues, Kick Ass 2 ne retrouve pas le charme de son opus précédent parce qu’il ne parvient pas notamment à caractériser ses héros trop nombreux, malgré l’abattage d’une Hit girl prenant le dessus sur un Kick Ass devenu secondaire. Seul Jim Carrey, avec son personnage de Colonel Stars and Stripes, s’avère le plus intéressant (et quelque part le plus véridique) mais disparaît trop rapidement. Frustrant, car ce personnage sans ironie et au 1er degré était vraiment dans l’esprit du film initial. Au final, Kick Ass 2 navigue entre connerie, gags gerbeux et scènes d’action tout à fait potables comme un cocktail facile à boire mais qui donne mal à la tronche si on cherche un peu à réfléchir dessus.

 

2,5 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 12
  • #1

    Alice In Oliver (mercredi, 27 juillet 2016 11:55)

    Une suite très décevante qui ne parvient jamais (ou trop rarement) à transcender ses personnages.

  • #2

    Roggy (mercredi, 27 juillet 2016 16:39)

    Je pense qu'on est tous d'accord sur la qualité moindre de cette suite.

  • #3

    tinalakiller (lundi, 01 août 2016 23:14)

    Je préfère le premier volet mais sur le moment (je précise car il faudrait que je le revoie, ça fait un bail), j'avais plutôt aimé cette suite même si effectivement Hit Girl prend trop le dessus sur Kick Ass. Je l'avais trouvé plus sombre qu'il en avait l'air et le personnage de Jim Carrey m'avait surprise dans le bon sens.

  • #4

    Roggy (lundi, 01 août 2016 23:21)

    Il n'y a pas que le fait que Hit Girl soit trop présente. Je trouve que la morale du film est très particulière si on la compare au premier film. Et, je confirme que le personnage de Jim Carrey est excellent et sous-employé.

  • #5

    ChonchonAelezig (jeudi, 04 août 2016 10:59)

    Pas aimé non plus et oui Jim Carrey ne fait qu'une trop brève apparition.

  • #6

    Roggy (jeudi, 04 août 2016 13:40)

    Le résultat est loin d'être infamant mais, encore une fois, c'est tout ce que dégage le film qui me dérange.

  • #7

    Moskau (samedi, 06 août 2016 15:01)

    Le premier volet était vraiment un cran au-dessus. Mention spéciale quand même à la scène du pavillon avec Mother Russia. Je ne sais pas si un Kick-Ass 3 est encore d'actualté, mais ça semble un peu compromis.

  • #8

    Roggy (dimanche, 07 août 2016 12:36)

    Je connais pas la suite prévue pour cette franchise. Mais, il me semble qu'il sera difficile de se renouveler...

  • #9

    Avel (mercredi, 10 août 2016 15:30)

    Salut Roggy :)
    Je n'ai jamais vu ce film car j'avais trouvé le premier Kick Ass "bof". L'idée était bonne (devenir un super-héros pour aider les gens) mais au final je l'avais trouvais trop vulgaire dans ses scènes avec un passage à la violence qui n'a pas semblé déranger le héros plus que ça. Bref, j'avais pas adhéré.
    Du coup je me passe volontiers de cette suite ! ^^

  • #10

    Roggy (mercredi, 10 août 2016 16:37)

    Si tu n'as pas aimé le premier opus, il est fort à parier que cette suite te laisse un goût encore plus amer...

  • #11

    Mr Vladdy (vendredi, 12 août 2016 01:30)

    Pas revu depuis le ciné. J'en garde un bon souvenir pourtant même si je serais incapable d'en parler avec objectivité. Il faudrait vraiment que je le revois ;-)

  • #12

    Roggy (vendredi, 12 août 2016 12:47)

    A choisir, je préfère largement le premier opus. Cette suite me pose un problème sur le fond et moins sur la forme.