749 chroniques de films

   31 chroniques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2019
PIFFF 2019
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque
Soirée "Ozploitation" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

JACK, LE TUEUR DE GEANTS

 

GENRE : Haricot magique

REALISATEUR : Bryan Singer

ANNEE : 2013

PAYS : USA

BUDGET : 195 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Nicholas Hoult, Ewan MacGreggor, Ian McShane...

 

RESUME :Lorsqu’un jeune fermier ouvre par inadvertance la porte entre notre monde et celui d’une redoutable race de géants, il ne se doute pas qu’il a ranimé une guerre ancienne… Débarquant sur Terre pour la première fois depuis des siècles, les géants se battent pour reconquérir leur planète et le jeune homme, Jack, doit alors livrer le combat de sa vie pour les arrêter. Luttant à la fois pour le royaume, son peuple et l’amour d’une princesse courageuse, il affronte des guerriers invincibles dont il s’imaginait qu’ils n’existaient que dans les contes.

 

MON HUMBLE AVIS

Remake d’un classique du cinéma fantastique, Bryan Singer (Usual Suspect, X-Men, Walkyrie) propose une nouvelle version de ce conte de fée bien connu. Il utilise pour cela les techniques modernes de l’animation et la planche à CGI tourne à fond pour matérialiser tous les désirs du réalisateur.

Même si le film est un blockbuster américain, il faut constater que le résultat est très réussi grâce à une bonne adéquation entre le scénario, certes simple, et les effets spéciaux qui sont pléthores (on comprend mieux le budget du film !). Le réalisateur joue à fond la carte de l’aventure en donnant le rôle titre de Jack à l’anglais Nicholas Hoult déjà vu notamment dans X-Men. Ce dernier s’en tire bien à l’instar des autres comédiens. Côté réalisation, l’influence de la trilogie du Seigneur des Anneaux se fait sentir (comme dans beaucoup de productions de cet acabit). La course-poursuite entre les géants et les cavaliers rappelle celle des hobbits et des Nazgul.

Le film est un bon spectacle familial (la violence n’est pas édulcorée) qui ne tombe jamais dans la niaiserie (pas comme le Alice de Tim Burton auquel il emprunte les costumes et la fantaisie) et revêt quelques passages assez drôles comme lorsque Ewan McGregor est roulé dans une pâte pour être cuit au four. Le scénario, assez linéaire, débouche sur une fin un peu convenu, lorsque les géants débarquent sur Terre et font le siège du château (il y a un côté Narnia dans cet assaut). Dommage que cette scène se termine si vite car elle aurait mérité d’être plus développée.

 

NOTE : 4+ / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0