654 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

L'amour au mois de mai
L'amour au mois de mai
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

LE DIABLE A TROIS (GAMES)

 

GENRE : Jeu diabolique

REALISATEUR : Curtis Harrington

ANNEE : 1967

PAYS : USA

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : James Caan, Katherine Ross, Simone Signoret...

 

RESUME : Paul et Jennifer sont des bourgeois new-yorkais s'ennuyant mortellement dans leur vie. Un jour, une vendeuse française de cosmétiques frappe chez eux et ils voient ici la parfaite opportunité de pimenter leur quotidien. La jeune femme accepte de se livrer à des jeux surprenants qui finissent par prendre une tournure dramatique lorsqu'ils intègrent un livreur à leurs nouvelles activités. En effet, Jennifer le séduit et Paul, fou de jalousie, l'abat de sang-froid...

 

MON HUMBLE AVIS

On oublie souvent que Simone Signoret a eu une carrière internationale et même hollywoodienne avec un Oscar en 1960 pour les Chemins de la haute ville de Jack Clayton.

On la retrouve ici dans cette production étrange, entourée de comédiens confirmés ou en devenir comme le juvénile James Caan (Rollerball) ou Katherine Ross (Le hasard et la violence). Au départ, l'organisation de scènes et de jeux de plus en plus pervers entraînent le film vers les contrées du thriller avec la mort accidentelle d'un livreur. Le métrage bascule alors dans le polar hitchockien où faux semblants et personnages ambigus composent une ambiance particulière.

Le film devient un huis-clos dans cette grande maison qui évoque les productions gothiques de la Hammer. La mise en scène de Curtis Harrington confère au film une atmosphère de film d'épouvante surtout à partir du moment où le personnage de Katherine Ross (Jennifer) commence à entendre et à voir des phénomènes bizarres, qui nous font penser à Rosemary's baby.

Même si on sent venir assez rapidement le twist final, la dernière bobine gagne en tension alors que Jennifer se sent épiée et a des hallucinations qui pourraient évoquer une folie passagère. Le fantastique n'est pourtant ici qu'un prétexte pour mettre en exergue les caractères des personnages, dont une Simone Signoret dans un rôle proche des Diaboliques d'Henri-Georges Clouzot. Une rareté à découvrir.

 

NOTE : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Princécranoir (mercredi, 14 mai 2014)

    Bien intéressant ton commentaire sur ce film méconnu de la grande Simone. J'avais eu connaissance de ce film au travers de quelques extraits égarés dans le très beau documentaire que Chris Marker avait consacré à l'actrice.

  • #2

    laseancearoggy (vendredi, 16 mai 2014 21:02)

    Merci pour t'être arrêté sur ce film méconnu d'une grande actrice française.