690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

DEVIL INSIDE

 

GENRE : Beurre ou ordinaire ?

REALISATEUR : William Brent Bell

ANNEE : 2012

PAYS : USA

BUDGET : 1 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Fernanda Andrade, Simon Quaterman, Evan Helmuth...

 

RESUME : Un soir de 1989, la police reçoit un appel d'une certaine Maria Rossi qui reconnaît avoir sauvagement assassiné trois personnes. Vingt ans plus tard, sa fille, Isabella cherche à comprendre ce qui s'est vraiment passé cette nuit-là. Elle se rend en Italie, à l'hôpital Centrino pour psychopathes où Maria est enfermée, pour savoir si sa mère est déséquilibrée ou possédée par le diable. Pour soigner la démente, Isabella fait appel à deux jeunes exorcistes qui utilisent des méthodes peu orthodoxes, mêlant la science et la religion. Ils devront alors affronter le Mal absolu qui a pris possession de Maria : quatre démons d'une puissance redoutable…

 

MON HUMBLE AVIS :

Difficile de faire dans l'originalité avec un film d'exorcisme. D'autres sont déjà passés par là. Du coup, on nous sort un exorcist's movie en "found footage" (c'est-à-dire littéralement un "film retrouvé").

Ce procédé n'est pas très nouveau, puisque c'est la même technique qui est employée dans l'excellent Le dernier exorcisme de Daniel Stamm. La différence est que ce dernier faisait vraiment peur...

Le problème principal du métrage de William Brent Bell est son absence totale de terreur à l'écran, pire c'est plutôt l'envie de rire qui monte.

Même si l'atmosphère se veut pesante et gothique (ça ressemble comme deux gouttes de sang au film de Mickael Hafstrom Le Rite avec Anthony Hopkins), le film est trop didactique pour permettre de garder l'attention du spectateur.

Dans sa dernière demie-heure, l'action s'emballe un peu et on finit avec l'idée que le diable se déplace de corps en corps une fois qu'il a été extirpé de ses victimes innocentes. Du réchauffé quand on pense à Hidden de Jack Sholder et Le témoin du mal de Gregory Hoblit).

Pour le reste, tous les poncifs du genre sont présents (croix à l'envers, langage ordurier, discussion en plusieurs langues... et oui, la victime d'exorcisme est polyglotte !)

La mise en scène assez neutre ne permet pas de s'intéresser aux personnages et la caméra portée capte des instants pas toujours très intéressants pour l'intrigue.

 

A NOTER : l'actrice qui se tord dans tous les sens parce qu'elle est possédée... est une contorsionniste...

 

NOTE : 2+ / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    alice in oliver (mardi, 01 avril 2014 07:55)

    Une sorte d'Exorciste du pauvre, mais version found foutage. Un vieux gros navet dans son genre

  • #2

    laseancearoggy (mardi, 01 avril 2014 13:49)

    Comme beaucoup de films de ce genre...