658 chroniques de films

  26 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Smoking on a T-Rex
Smoking on a T-Rex
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

DERRIERE LES MURS

 

GENRE : La maison des secrets

REALISATEUR : Pascal Sid & Julien Lacombe

ANNEE : 2010

PAYS : France

BUDGET : 3 700 000 €

ACTEURS PRINCIPAUX : Laetitia Casta, Thierry Neuvic, Jacques Bonnaffé...

 

RESUME : Auvergne, 1922. Suzanne, jeune romancière, décide de s’isoler à la campagne pour écrire son nouveau livre. Mais peu à peu des visions et des cauchemars font leur apparition tandis que de mystérieuses disparitions de petites filles sèment le trouble dans le village...

 

MON HUMBLE AVIS

Derrière les murs restera dans l’histoire du cinéma français comme le 1er film réalisé en 3D. C’est déjà ça pour un film qui n’atteint pas les sommets du 7e art malgré des ambitions louables, mais plombé par un scénario paresseux.

Je précise que j’ai vu le film en 2D, ce qui me paraît suffisant pour cette histoire campagnarde d’enfants disparus à la réalisation sobre et efficace. En effet, le relief ne met en valeur que les paysages magnifiques et la maison où vit provisoirement Suzanne. Car, Derrière les murs n’est pas un film d’action où la caméra explore des angles impossibles. Il s’apparente plus à un drame psychologique avec cette mère (superbe Lætitia Casta) qui tente de survivre après la mort de sa fille, au milieu d’un village de province français.

Il faut reconnaître aux réalisateurs le soin apporté aux décors, aux costumes et à la musique pour retranscrire un village de France du début du siècle. Pourtant, la reconstitution fait un peu vieillotte voire surannée (on est plus ici dans l’étude de mœurs et l’opposition entre Paris et la province), et la mise en place de l’intrigue peine à se déployer, malgré l’abattage de Lætitia Casta, en écrivaine naviguant à vue, portée par l’absorption exagérée de Laudanum. Sous l’emprise de la drogue, Suzanne est l’objet de visions (sa fille décédée, des rats) et entend des bruits étranges dans sa demeure qui semble receler divers secrets.

Si la confrontation des personnages est plutôt réussie (Jacques Bonnaffé excellent en épicier pervers), le film a du mal à trouver son chemin et à basculer définitivement dans le film de genre. Le scénario n’exploite pas à fond la demeure et son étrange cave où Suzanne passe ses journées à écrire, les yeux révulsés comme si elle était en connexion directe avec la maison. A mi-chemin entre le film de fantômes et le thriller avec l’enlèvement de petites filles, le métrage ne semble pas avoir les moyens de ses ambitions. On peut penser que le budget, relativement conséquent est allé, dans la technique en relief, ce qui renforce l’idée que l’argent aurait pu servir à développer les sujets abordés dans le scénario (l’histoire du tueur en série ne sert à rien et se révèle mal utilisée).

Dommage pour cette histoire locale de disparitions d’enfants, mâtiné d’étrange dans un paysage superbe qui aurait mérité d’aller au bout de ses idées. Ces carences se font encore plus sentir à la fin du film, lorsque les villageois se dirigent la nuit, à la lumière de leur torche, vers la maison de Suzanne, faisant penser à une arrivée chez le Docteur Frankenstein. On imagine à ce moment-là ce qu’aurait pu être le film.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    For Blood's Sake (vendredi, 23 mai 2014 20:28)

    Pour moi, rien de plus qu'un film d'un ennui profond. L'amalgame de genres ne prend pas, la faute à un scénario trop léger et un déroulement trop lent, en plus d'une Laetitia Casta à côté de ses pompes en interprétant un personnage trop complexe pour son talent d'actrice limité.
    Bref, un mauvais souvenir.

  • #2

    laseancearoggy (vendredi, 23 mai 2014 20:35)

    Je comprends que tu aies pu t'ennuyer car le film est quand même un peu lent et l'action est souffreteuse.

  • #3

    Mr Vladdy (samedi, 24 mai 2014 00:38)

    Ce film me fait toujours un peu peur. Je suis loin d'être fan de Casta en plus. Du coup, j'ai toujours hésité avant de le voir. Un jour peut être je franchirais le pas par curiosité :-)

  • #4

    laseancearoggy (samedi, 24 mai 2014 09:00)

    Franchement, le film ne fait pas très peur. Et Laetitia Casta non plus :)

  • #5

    Mr Vladdy (lundi, 26 mai 2014 00:03)

    C'est surtout une peur de m'ennuyer que j'ai ;-)

  • #6

    laseancearoggy (lundi, 26 mai 2014 18:51)

    Ah ok, je comprends mieux :)