654 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

L'amour au mois de mai
L'amour au mois de mai
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

DELIVRE-NOUS DU MAL

 

GENRE : Sors de ce corps

REALISATEUR : Scott Derrickson

ANNEE : 2014

PAYS : USA

BUDGET : 30 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Eric Bana, Edgar Ramirez, Olivia Munn...

 

RESUME : La violence et la noirceur, le sergent Ralph Sarchie connaît bien. Flic dans le Bronx, il est chaque jour témoin du pire de la nature humaine. Ce qu’il endure a même fini par affecter sa relation avec sa femme, Jen, et leur petite fille, Christina.

Pourtant, rien ne l’avait préparé à l’affaire que lui et son partenaire Butler vont découvrir. Dépassé, Sarchie va devoir s’allier à un prêtre renégat dont la foi a souvent vacillé, qui tente de le convaincre que les horribles événements qui se multiplient sont liés à des possessions démoniaques…

 

MON HUMBLE AVIS

Scott Derrickson est capable du meilleur (Sinister) comme de l'indigent (Le jour où la Terra s'arrêta) ou du mauvais (Hellraiser 5). Delivre-nous du mal se rapprocherait plus des thématiques de son film L'exorcisme d'Emily Rose, film de possession déjà vu mais sympathique au final.

Tous les ingrédients ont donc été réunis pour créer une atmosphère crépusculaire et pluvieuse à la Seven où la religion serait le ferment de l’unité humaine. Pourtant, malgré ces bonnes (ou mauvaises) intentions, on sent très vite que la formule ne prend pas. Après une scène d’introduction très L’exorciste 2, pour nous expliquer les origines du malin, Delivre-nous du mal commence comme un thriller poisseux autour d’un meurtre et de l’enquête de l’inspecteur Sarchie (Eric Bana solide), flic tourmenté ayant renié la religion dans sa jeunesse.

Malheureusement, le film ne s’émancipe jamais et va bouffer goulûment dans le râtelier des dernières productions horrifiques. On se retrouve ainsi pris entre plusieurs genres, le film de fantômes (les objets bougent tout seul dans la chambre de la petite fille), le film d’épouvante ésotérique renvoyant à une démonologie exotique (Sarchie a des visions et entend des voix) et le film de possession avec tout son cortège de contorsion et de voix rocailleuse comme après une nuit de beuverie et 3 paquets de clopes. Bref, on marche sur les terrains balisés du thriller religieux rebattus maintes et maintes fois par d’autres métrages.

La découverte et l’enquête sur les meurtres sont assez longues et ennuyeuses malgré des jumps scares inutiles et un humour bas du front du coéquipier de Sarchie. Avec l’arrivée du prêtre Edgar Carlos Ramirez, blouson en cuir, la tige au bec aussi crédible en padre que Nabilla en prof de français, le film prend une tournure religieuse qui se traduira par un sempiternel exorcisme final, ni mieux ni plus mauvais que ceux que nous avons déjà vus. Le problème de ce panthéisme ambiant est que Scott Derrickson nous balance encore une religion de supérette où, seul l’amour de Dieu pourra sauver ce pauvre Sarchie, qui n’aura d’autres choix que d’embrasser à nouveau le cul béni des scénaristes.

Au final, Delivre-nous du mal est un film moyen qui n’arrive pas à surprendre le spectateur, perdu au milieu d’un fatras de genre, dans une ambiance qui se veut mortifère mais qui baigne en permanence dans un bénitier rempli de bons sentiments. Prosélytes de tous les pays, levez-vous !

 

NOTE : 3-/ 6

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs Mordo (jeudi, 02 octobre 2014 13:41)

    C'est dommage que Scott Derrickson se sente obligé de placarder sa foi partout comme ça car ça devient franchement lourdingue au bout d'un moment. J'avais beaucoup aimé Sinister (malgré de gros défauts et des scènes ridicules), celui-ci attendra une diffu tv car je ne suis pas pressé vu ce que tout le monde en dit...

  • #2

    laseancearoggy (jeudi, 02 octobre 2014 15:42)

    J'ai lu quelque part que Derrickson a failli rentrer dans les ordres. Ceci explique peut-être cela... Et, je confirme que le film est raté dans ses ambitions de faire peur et de créer une mythologie un peu trop artificielle.

  • #3

    Mr Vladdy (jeudi, 02 octobre 2014 21:24)

    Pour ma part j'ai bien aimé ce film. Je l'ai même encore plus apprécié la seconde fois. Pourtant en temps normal l'aspect religieux d'un film peut me saouler mais là c'est plutôt bien passé :)

  • #4

    laseancearoggy (jeudi, 02 octobre 2014 21:31)

    Tu l'as vu deux fois, c'est pas possible lol Pour ma part, je ne le trouve pas si terrible...