658 chroniques de films

  26 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Smoking on a T-Rex
Smoking on a T-Rex
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

DEAD MINE

 

GENRE : Mine de rien

REALISATEUR : Steven Sheil

ANNEE : 2012

PAYS : Indonésie

BUDGET : 7 600 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Mikki Mizuno, Ario Bayu, Les Loveday...

 

RESUME : A la recherche d'un trésor caché, des aventuriers s'engouffrent dans la jungle indonésienne. Pris au milieu d'une attaque par des groupes armés, ils se réfugient dans une mine supposée abandonnée et s'y retrouvent piégés. Rapidement, ils réalisent qu'ils ne sont pas seuls et s'engagent dans une lutte désespérée pour leur survie...

 

MON HUMBLE AVIS

Dead mine commence comme un film de guerre avec une petite troupe cosmopolite qui est obligé de pénétrer une mine abandonnée pour échapper à une attaque. Au départ, il ne se passe pas grand-chose entre gunfights et dialogues de présentation pour meubler (les longs tunnels de dialogues meublent mieux et sont encore moins chers que chez Ikea). En fait, une fois à l’intérieur, l’intérêt du film ne se développe pas plus puisque le groupe emprunte de longs couloirs où seuls de la lumière artificielle et de la musique militaire viennent rythmer le métrage.

Les bâillements se pointent donc à la porte, avant qu’enfin quelques créatures ne montrent le bout de leur crâne chauve. D’anciens soldats australiens ayant subi les tourments médicaux du docteur Mengelle local. Toute cette partie est un copié-collé de The Descent de Neil Marshall, sauf qu’ici ce sont les militaires qui se font boulotter. Rien de très original donc sous la pâleur de cette mine désaffectée hormis quelques attaques par le sol qui renvoie au western horrifique The Burrowers de J.T. Petty.

Alors que l’ennui commence à prendre ses quartiers de nuit devant ce spectacle vu et revu, il se passe enfin quelque-chose avec la découverte d’un soldat présent sous la terre depuis 70 ans et qui ne sait pas que la guerre est finie (ni qu’Hollande est devenu Président à cause d’une soirée au Sofitel...), ainsi que les restes de créatures qui font très fortement penser aux créatures de Frankeinstein’s army de Richard Raaphorst.

Mais, le meilleur est pour la suite avec le réveil d’une armée de samouraïs mort-vivants bien décidés à se venger des inconnus dans la maison. Enfin le film commence à devenir intéressant car les dits soldats sont plutôt du genre invincibles et belliqueux. Comble du bonheur, ils se mettent à poursuite notre petite troupe en compagnie des créatures de The Descent.

Au final, Dead mine, malgré sa photographie décente, a du mal à exploiter son concept de survival. Fourre-tout, il recycle les recettes qui ont déjà fonctionné sans apporter de nouveauté. Dommage, car il me semble que ces soldats du passé avaient du potentiel.

 

PROPOSITION : Pourquoi ne pas faire un cross-over entre Dead mine et les soldats de Outpost menés par Ray "Titus pullo" Stevenson ?

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Avel (jeudi, 01 mai 2014 10:20)

    Ah...je n'ai vu que The Descent 2 (pas vu le 1 encore^^) et j'avais adoré. J'ai également beaucoup apprécié "The Burrowers".
    "Dead Mine"....pourquoi pas ? Enfin, si je ne m'endors pas au début...

  • #2

    laseancearoggy (jeudi, 01 mai 2014 16:32)

    Le premier volet de "The Descent" est très bon, meilleur que sa suite. A choisir, il vaut le voir plutôt que "Dead mine".