658 chroniques de films

  26 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Smoking on a T-Rex
Smoking on a T-Rex
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE DARKEST HOUR

 

GENRE : I love Poutine

REALISATEUR : Chris Gorak

ANNEE : 2011

PAYS : USA

BUDGET : 44 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Emile Hirsch, Rachael Taylor, Olivia Thirlby...

 

RESUME : Sean et Ben sont à Moscou pour affaires. Natalie et Anne s’y trouvent en escale involontaire alors qu’elles avaient prévu de se rendre au Népal. Les quatre jeunes gens se rencontrent par hasard dans la boîte de nuit la plus branchée de la ville. C'est à ce moment-là que Moscou est attaquée par des aliens.
Après avoir vécu terrés quelques jours dans les sous-sols, les cinq survivants ressortent et découvrent une ville déserte. Le monde semble immobile alors qu’une force terrifiante et invisible les guette…

 

MON HUMBLE AVIS :

Annoncé partout comme une purge totale, The darkest hour est, à mon avis, un film sympathique, même si il n'amène pas le spectateur au nirvana du cinéma (faut pas exagérer non plus).

Le scénariste s'embarrasse peu de la caractérisation des personnages pour très vite basculer dans le fantastique. On ne saura jamais pourquoi ils attaquent, ni qui ils sont. Peu importe, puisque le but est le divertissement à la fois fun et con.

D'ailleurs, le film emprunte aux productions classiques du genre. Les aliens sont invisibles et ressemblent aux entités du vieux mais merveilleux Planète interdite. De plus, ils massacrent les humains en les réduisant en cendres.

Plutôt bien rythmé et facile d'accès, le long-métrage permet de faire la visite de Moscou, de côtoyer ses habitants stéréotypés, alcooliques ou surarmés, et même de tomber sur un sous-marin (!).

C'est un peu un plaisir coupable comme il y en a tant. L'histoire n'est pas transcendante, des aliens qui attaquent la Terre, mais la bonne humeur de l'ensemble et les effets spéciaux suffisent à satisfaire le cinéphage que je suis.

 

NOTE : 4 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0