690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE DARK VALLEY

 

GENRE : La vallée de la mort

REALISATEUR : Andreas Prochaska

ANNEE : 2014

PAYS : Autriche/Allemagne

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Sam Riley, Clemens Schick, Erwin Steinhauer...

 

RESUME : Un étranger arrive dans un village isolé d'une vallée de haute montagne. Il est photographe et veut immortaliser ces quelques hommes et femmes. Mais ce n'est pas forcément la réelle raison de sa présence...

 

MON HUMBLE AVIS

Le western allemand a une longue tradition avec le héros du siècle dernier Winnetou (un acteur français d'ailleurs !) ou le récent Gold. The dark valley s'apparente au western mais, pour une fois, se situe en Europe, dans les montagnes en hiver. On y retrouve un peu tous les clichés inhérent au genre à commencer par une première scène choc.

Dans sa 1er heure, le film est plus un drame social avec l'arrivée et l'installation d'un étranger (Sam Riley) dans un petit village montagnard. Une mise en place assez lente malgré des paysages enneigés et une photographie de toute beauté.

En revanche, quand cet étranger se décide à exécuter son plan pour lequel il est là, le film prend une autre tournure, plus dure, sanglante. Et, c'est là qu'on se rappelle qu'Andreas Prochaska est l'auteur de la série des slasher Trois jours à vivre. Du coup, les gros plans gores sont nombreux comme ce piège à clous qui ira directement dans les yeux de sa victime. Les armes font de lourds dégâts et rien ne nous sera épargné.

Au final, The dark valley, même s'il manque de rythme dans sa 1ère partie, se rattrape par la suite par ce jeu de massacre orchestré aux sons de musiques contemporaines dans un ballet sanglant et vengeur.

 

Note : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0