687 chroniques de films

  27 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Soeur sourire
Soeur sourire
Etrange festival 2018
Etrange festival 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE DARK HOUR

 

GENRE : L'heure d'hiver

REALISATEUR : Elio Quiroga

ANNEE : 2006

PAYS : Espagne

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Jorge Casalduero, Nadia de Santiago, Marco Gonzalez...

 

RESUME : Rares survivants d'une guerre mondiale, une petite communauté dirigée par Maria vit enfermée dans un immeuble en plein délabrement. Dehors, l'ensemble de la population a été transformée en zombies : le moindre contact et c'est la mort assurée. Et puis il y a les êtres Invisibles, des entités qui se baladent librement dans l'immeuble. Le seul moyen de détecter leur présence est une subite baisse de la température, connue sous le nom de l'heure froide...

 

MON HUMBLE AVIS

Petite production espagnol, The dark hour est un véritable huis-clos. Les derniers survivants de ce qui semble avoir été une guerre bactériologique ou peut-être atomique tentent de vivre normalement malgré les conditions et les manques de nourriture.

En suivant la vie d'un petit garçon, ce dernier nous fait la présentation de la petite troupe à l'aide de son caméscope. Faute d'un budget conséquent (et ça se voit) The dark hour s'apparente à un film de couloirs où la coexistence des individus est réglé autour de choses simples comme les repas ou la recherche de nourriture.

Pourtant, le film prend d'autres voies avec les créatures qui gravitent dans les décombres aux alentours, appelés les étrangers, sorte de zombies qui, d'un simple toucher contaminent les autres. Sans plus d'explications, le titre du film se justifie par l'arrivée de créatures bleutées gelant tout sur leurs passages. On ne saura rien de ces êtres qui ressemblent plus à des insectes qu'à des hommes. Le film est ainsi à la fois un survival post-apo et un zombie flick. Petit à petit, le ton du métrage change et devient plus tragique alors que le danger se rapproche. Les gunfights se succèdent alors que les infectés gagnent du terrain.

Au final, The dark hour est un petit film limité par son budget, aux effets visuels parfois dépassés. Le film fait penser au récent The Divide de Xavier Gens, avec le confinement, même si le scénario reste étriqué à l'image des couloirs obstrués et sombres. La dernière scène, en guise de twist final, assène une révélation très Quatrième dimension.

 

NOTE : 3 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0