690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site


THE DARK BELOW


GENRE : Sous la glace

REALISATEUR : Douglas Schulze

ANNEE : 2015

PAYS : USA

BUDGET : 750 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Lauren Mae Shafer, David G.B. Brown, Veronica Cartwright...


RESUME : Un kidnappeur piège Rachel, une jeune femme équipée d’une tenue de plongée qu’il séquestre en la retenant sous la glace d’un lac gelé. Elle devra se battre pour survivre.


MON HUMBLE AVIS

En présence du réalisateur qui a révélé avoir été traumatisé suite à une chute dans un lac gelé et vouloir proposer une alternative aux remake hollywoodien. Des intentions louables mais difficilement mises en pratique par un metteur en scène ayant œuvré principalement dans l'horreur (Mimesis, Dark fields).

Film concept, The dark below ne possède quasiment pas de dialogue et ceux-ci sont remplacés par une musique omniprésente. Si l'entame fait penser à un horror-movie classique avec cet homme qui capture et plonge une femme sous la glace, le film prend une toute autre tournure au bout d'un quart d'heure lorsqu'il a fait le tour de la question. Pour combler les absences de tout enjeu narratif, le réalisateur joue sur les flashback explicatifs censés justifier l'attitude du psychopathe. Pourquoi pas, sauf que tous ces retours en arrière se feront au ralenti (pour étirer le film qui n'est pourtant crédité que de 75 mn ?) avec une musique particulière et très agaçante sur la longueur.

Malgré quelques rebondissements (souvent au ralenti !), The dark below ne s'affranchit jamais de son idée originale, noyé dans son imagerie mièvre et de Telenovelista, son jeu d'acteurs assez mauvais où on reconnaît Veronica Cartwright (Alien, Les oiseaux) naufragée d'un film aux allures de vaisseau fantôme. Voguant dangereusement vers les rives de l'ennui, The dark below s'échoue finalement, sans parole mais en musique, sur sa tentative avortée de se démarquer du tout venant cinématographique.


Note : 2 / 6


Écrire commentaire

Commentaires: 0