690 chroniques de films

  28 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Devine qui vient dîner le 31 ?
Devine qui vient dîner le 31 ?
PIFFF 2018
PIFFF 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

2012

 

GENRE : Maya la vieille

REALISATEUR : Roland Emmerich

ANNEE : 2009

PAYS : USA

BUDGET : 205 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : John Cusack, Chiwetel Ejiofor, Amanda Peet...

 

RESUME : Les Mayas avaient prédit la fin du monde en 2012. Lorsque les plaques tectoniques se mettent à glisser, provoquant de multiples séismes et détruisant Los Angeles au passage, Jackson Curtis, romancier, et sa famille se jettent à corps perdu, comme des millions d'individus, dans un voyage désespéré. Tous ne pourront pas être sauvés...

 

MON HUMBLE AVIS

Roland Emmerich est le spécialiste des gros blockbusters aux budgets énormes et a déjà sévi fait subir à la Terre une invasion extraterrestre (Independance Day) et un changement climatique radical (Le jour d'après). Ici encore, le réalisateur s'en donne à cœur joie pour raser la planète à grands coups d'effets spéciaux spectaculaires.

Suite à une éruption solaire et à une surchauffe du noyau de la Terre, notre chère planète n'a plus que quelques mois à vivre. Jouant sur des peurs ancestrales, le réalisateur utilise toutes les ficelles qu'il connaît bien pour mettre le spectateur dans une ambiance apocalyptique de fin du monde. Focus sur une famille dont on suivra l'évolution tout au long du film, scientifiques qui constatent les dégats et catastrophes annonciatrices du chaos, sont les éléments récurrents que le réalisateur avait déjà employé avec Le jour d'après, très proche de ce film.

Et encore une fois, la réalité scientifique n'est pas le fort du petit Roland qui a visiblement confié les questions d'astrophysiques aux frères Bogdanoff, les seuls capables de comprendre comment la situation peut dégénérer en si peu de temps. Certes, je suis très mauvais en sciences, mais voir les plaques tectoniques se soulevaient et se rabattrent comme lorsqu'on coupe un millefeuille (j'avais bien dit que j'étais nul en physique...) n'est pas très sérieux. De même, la plausibilité de l'ensemble en prend un sérieux coup quand John Cusack et sa famille s'enfuient à bord d'une voiture puis en avions et échappent à chaque fois à tous les obstacles alors que les explosions font rage autour d'eux. Sans compter qu'en toutes circonstances, les personnages sont capables de plaisanter et d'avoir de la répartie, comme le personnage de Woody Harrelson, vrai illuminé réaliste, en mode cabotinage. Passons.

Si tout paraît impossible dans le film, force est de constater la qualité et la beauté des effets spéciaux lors des destructions massives et des tzunamis qui envahissent la Terre. Car le bon Roland souffle suffisamment fort dans son cor pour anéhantir la planète toute entière, recouverte définitivement par les eaux déchaînées. C'est tout le sujet du film, en mettre plein la vue, au détriment de considérations politico-financières au sujet du sauvetage de l'humanité (les riches achètent leur place à prix d'or et le reste de l'humanité est tenue au secret des événements) qui n'est pas vraiment développé mais subit comme une fatalité.

La fin du film baigne toujours dans l'irréalité avec la construction de véritables arches censées sauver ce qui peut l'être. Qui peut croire qu'en deux ans, les puissances mondiales s'associeraient pour construire ces vaisseaux dotés d'une technologie qui n'existe même pas. Du coup, on se retrouve dans une préquelle du récent Noé puisque les grands de ce monde ont décidé qu'en plus des humains, il fallait mettre des girafes, un orang-outan et la Joconde dans les arches (forcément un singe et une toile de maître, c'est vachement utile sur l'eau...). Là aussi je ne m'attarderai pas sur la façon dont John Cusack parviendra à fermer la gigantesque porte d'embarquement à la force du poignée en respirant toutes les 5 minutes.

Au final, 2012 est un film divertissant dans la mesure où il enchaîne les destructions, les jeux de mots, les cascades en limousine de 15 mètres et en avions à la vitesse d'un cataclysme apocalyptique sans relâchement. Clairement, il faut poser son cerveau et ne pas faire attention à la réalité scientifique, mais ça, on le savait déjà.

 

NOTE : 3 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 13
  • #1

    Rigs Mordo (dimanche, 06 juillet 2014 19:52)

    Je ne l'ai pas vu car je ne suis pas friand de films catastrophe mais je tenais à souligner le fait que je me suis bien marré en te lisant. 2012, un film à lire chez Roggy mais pas à regarder ? Possible!

  • #2

    laseancearoggy (dimanche, 06 juillet 2014 19:55)

    Merci Rigs pour ton commentaire. Je ne sais s'il ne faut pas le regarder mais il est vrai que ma critique est plus vite lu que le film qui fait quand même 2h38...

  • #3

    Mr Vladdy (lundi, 07 juillet 2014 00:10)

    J'étais un peu mitigé à sa sortie et je l'ai mieux apprécié par la suite même si c'est pas mon film préféré du réalisateur. Il n'en demeure pas moins efficace dans son genre c'est juste dommage que le visuel soit parfois douteux.

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 07 juillet 2014 13:31)

    Pour le coup, il ne me semble pas que le visuel raté. Bien au contraire, c'est pour moi l'atout premier du film.

  • #5

    Princécranoir (mardi, 08 juillet 2014 09:59)

    Un bon gros navet grillé à souhait puis trempé dans l'eau. Une recette qu'Emmerich maîtrise maintenant à la perfection et dont on reconnaît le style dès les premières minutes (bien plus fort que Mickey Bay !). Je crois que derrière les obsessions millénaristes et catastrophistes du bonhomme, il y a vraiment quelque chose à creuser.

  • #6

    alice in oliver (mardi, 08 juillet 2014 14:46)

    je dois avouer que je rejoins l'avis de prince: un très gros navet pour ma part, à peine 1/6 et encore...

  • #7

    laseancearoggy (mardi, 08 juillet 2014 18:37)

    A Princécranoir et alice in oliver,
    C'est vrai que j'ai mis 3/6 mais j'ai quand même pris plaisir à voir jusqu'où pouvaient aller les scénaristiques dans le portnawak... :)

  • #8

    Avel (jeudi, 10 juillet 2014 11:50)

    Ce film est complétement con mais je l'aime bien XD
    Le scénario est bidon (pour ne pas dire un autre mot vulgaire...), les héros ont y croit pas une seconde (genre le type comme par hasard sait piloter un avion...mais oui bien sûr !) Et y'a pas une une seule fissure ni explosion qui va les atteindre.
    Ce film est naze mais...je l'aime bien quand même. J'assume entièrement. Oui, j'aime un film pourri.

  • #9

    laseancearoggy (jeudi, 10 juillet 2014 19:33)

    Je comprends ton point de vue :) C'est complétement à l'ouest mais en même temps, j'ai passé un bon moment, à la fois ahuri et j'ai bien rigolé. C'est déjà ça.

  • #10

    tinalakiller (vendredi, 18 juillet 2014 23:42)

    Je partage plutôt ton avis. Le film a clairement ses défauts pourtant je le trouve tout de même divertissant. Disons que c'est à voir comme ça pour passer une soirée sans prise de tête...

  • #11

    laseancearoggy (samedi, 19 juillet 2014 14:07)

    C'est effectivement de la façon dont je l'ai pris. Pas un grand film, de grosses incohérences mais un spectacle plutôt bien fait, certes décérébré...

  • #12

    ChonchonAelezig (lundi, 04 août 2014 11:02)

    Un gros navet pour moi. Et pourtant je ne suis pas forcément anti Emmerich, j'ai beaucoup aimé Le jour d'après. Mais là, trop de clichés, trop d'effets spéciaux copier/coller, j'ai vraiment pas adhéré.

  • #13

    laseancearoggy (lundi, 04 août 2014 19:10)

    Je suis d'accord avec toi, "Le jour d'après" était bien fait et assez sympathique. Mais là, il y a vraiment trop d'incohérences et un humour mal venu à mon sens.