687 chroniques de films

  27 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Soeur sourire
Soeur sourire
Etrange festival 2018
Etrange festival 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

CURTAIN


GENRE : Rideau maléfique

REALISATEUR : Jaron Henrie-McCrea

ANNEE : 2015

PAYS : USA

BUDGET : 100 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Danni Smith, Tim Lueke, Martin Monahan...


RESUME : Fatiguée de son rythme de vie, une jeune femme tente de repartir à zéro et emménage dans un nouvel appartement dont la salle de bain recèle un monstrueux secret : un rideau de douche qui ouvre sur une dimension parallèle…


MON HUMBLE AVIS

Faire d'un rideau de douche un passage temporel, il fallait oser. C'est ce qu'a fait Jaron Henrie-McCrea pour son 1er long-métrage. Alors que la plupart des festivaliers ont trouvé le film sans intérêt voire mauvais, j'ai pour ma part apprécié le film (j'ai peut-être des goûts de salle de bain...).

En effet, ce tout petit film, financé notamment grâce à du crowfunding, fonctionne malgré tout sur ce postulat simple. On y croit dès la 1ère scène voyant un homme rentré chez lui et se suicider dans sa salle de bain qui semble être maléfique. Ce qui n'empêche pas Danni de s'installer dans l’appartement et de constater rapidement que tous les rideaux de douche disparaissent quelques instants après avoir été installés. En filmant la scène et avec l'aide de son ami Tim, ils parviendront à comprendre où atterrissent les objets disparus.

On est clairement dans un cinéma minimaliste, très indépendant à l'américaine avec seulement quelques lieux de tournage et peu d'acteurs. Néanmoins, la relation entre les personnages est crédible, les dialogues cohérents alors que la situation de départ peut interloquer. Curtain s'avère vraiment énigmatique car aucune explication rationnelle ne sera dévoilée. D'autant moins avec l'apparition d'un quatuor d'hommes menaçant Danni si elle continue à chercher à résoudre l'énigme de ce passage dimensionnel.

Le film renvoie directement au 1er film de Jim Mickle, l'excellent Mulberry Street où un immeuble devenait le théâtre d'une contamination par les rats. Si Curtain est largement en deçà, du fait d'un script n'apportant pas de réponses et de son côté cheap prégnant, il ne faut pas non plus le jeter dans l'eau des toilettes sous prétexte qu'il ne donne pas toutes les clés. Son côté Quatrième dimension ésotérique sans effet de manche visuel (hormis les disparitions des rideaux très réussies) est assez bien retranscrit pour qu'on s'y intéresse.

Sans jamais tomber dans le ridicule, Curtain est un 1er film intéressant malgré son amateurisme et quelques défauts évidents. Certes, on pourra lui reprocher son côté presque Z dans la dernière partie dans les bois quand on verra vraiment ce que deviennent les rideaux et la créature qui l'accompagne (dis comme ça, c'est sûr c'est bizarre...). Pourtant, votre serviteur a passé un bon moment devant ses rideaux de douche accrochés face à une porte maléfique.


Note : 4-/ 6

Écrire commentaire

Commentaires: 0