687 chroniques de films

  27 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Soeur sourire
Soeur sourire
Etrange festival 2018
Etrange festival 2018
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

 

CRAWLSPACE

 

GENRE : Eve, lève-toi

REALISATEUR : Justin Dix

ANNEE : 2012

PAYS : Australie

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Amber Clayton, Eddie Baroo, Justin Batchelor...

 

RESUME : Pine Gap, base secrète de la CIA dédiée aux manipulations génétiques, ne donne plus aucun signe de vie depuis quelques heures. L’unité de soldats d’élite envoyée sur place découvre alors avec stupeur un lieu qui paraît abandonné depuis des années et dont les occupants ont tous disparu. Dans cette base sous haute sécurité, certaines expériences ont mal tourné…

 

MON HUMBLE AVIS

L’Australie est une terre vaste où il se passe des événements bien étranges depuis des décennies cinématographiques. Y compris dans son sous-sol, puisque Crawlspace est un huis-clos situé dans une base souterraine visiblement pas si bien sécurisée, même si aucun kangourou ou crocodile n’a réussi à déjouer les contrôles et n’est parvenu à se mouvoir gaiement dans les couloirs malfamés de cet endroit secret. Autant prévenir tout de go le spectateur qui croirait partir pour un voyage initiatique et exotique, Crawlspace n’a d’australien que l’étiquette, car le film pourrait avoir été tourné dans n’importe quel studio.

Surtout si on se réfère à l’arrivée d’une troupe de soldats venue exfiltrer une équipe scientifique comme dans une station spatiale (alors que nous sommes sous terre) nous renvoyant instantanément à une iconographie proche de la saga Alien. Une escouade se faufilant dans des corridors forts exigus à la recherche d’un ennemi inconnu ayant laissé des cadavres sanguinolents sur son passage. Sans rien révolutionner, le métrage parvient à intéresser dans la progression des soldats au détour de quelques couloirs et de scènes d’attaques plutôt bien shootées face à des adversaires hétéroclites issus de l’imaginaire de chacun des protagonistes. Entre rêve et réalité, Crawlspace déploie une thématique fantastique et pseudo-scientifique sur des êtres humains doués de pouvoirs supérieurs, fruits de la manipulation de savants prompts à les transformer en machine de guerre.

C’est le cas d’Eve (Julie Pietri) qui se réveille sans aucun souvenir et le crâne barré par une cicatrice. Vu son nom et ses aptitudes révélées progressivement, on comprend vite que la donzelle cache des secrets au plus profond de son être. Une théorie appuyée par les dires des rescapés scientifiques (Igor et Grichka Bogdanov) nous révélant le pot aux roses lors d’une scène bien trop didactique. On remarquerait même des similitudes dans son attitude et son évolution avec le personnage joué par Olivia Wilde dans The Lazarus effect. Si le film enfile quelques poncifs du genre et vient piocher dans le vivier des productions fantastiques bien connues, il réserve quelques séquences sympathiques et des effets spéciaux sanguinolents réussis. Les scènes d’action alternent alors entre les scientifiques, les soldats et des entités subjectives dans une course-poursuite rythmée et pétaradante néanmoins entrecoupées de dialogues révélant la crétinerie de certains militaires chargés d’instiller le « côté » comique et bas du front du film.

Certes, le métrage a vite fait le tour de son script (de ses couloirs et de ses systèmes d’aération très très exigus) et les enjeux rapidement déflorés ne permettent pas d’aller bien loin (1h23 c’est suffisant), malgré des tentatives de développer le background de certains personnages. Ainsi qu’une révélation finale qui laissait entrevoir des possibilités avec des ambitions scénaristiques et un budget plus conséquents, qui auraient surtout permis d’élargir les murs du bâtiment. Au final, Crawlspace n’a rien d’exceptionnel mais remplit son cahier des charges dans son espace hyper contraint, ses gunfights avec des monstres dans la presque station spatiale et son postulat scientifico-fantastique. A réserver aux inconditionnels des espaces clos pour une soirée chaude d’été après avoir passé une séance de sauna dans un métro bondé, moite et suave...

 

3/6

Écrire commentaire

Commentaires: 15
  • #1

    Rigs Mordo (mercredi, 10 août 2016 20:39)

    Je me souviens avoir hésité à l'acheter il y a trois ou quatre ans quand il est sorti en DVD, car la couv était pas mal. Je l'ai pas pris finalement mais visiblement je ne rate rien de spécial. A renter à l'occas' ou en occase, on va dire! Belle chro en tout cas l'ami!

  • #2

    Roggy (mercredi, 10 août 2016 21:08)

    Merci Rigs ! Et oui, tu ne manques pas grand-chose :)

  • #3

    Alice In Oliver (jeudi, 11 août 2016 12:36)

    Je reste toujours abasourdi par le nombre d'avatars plus ou moins inspirés par Alien et qui continuent d'alimenter régulièrement les bacs à dvd

  • #4

    Roggy (jeudi, 11 août 2016 14:30)

    C'est aussi parce que le film est de qualité et qu'il est devenu une espèce de maître-étalon du genre.

  • #5

    Alice In Oliver (jeudi, 11 août 2016 20:48)

    Certes, mais plus de 35 ans après sa sortie, il inspire encore de nombreux avatars

  • #6

    Mr Vladdy (vendredi, 12 août 2016 01:31)

    Jamais entendu parler de ce film mais très intrigué par l'affiche prometteuse. Pourquoi pas à l'occasion surtout que ta note reste correcte.

  • #7

    Roggy (vendredi, 12 août 2016 08:56)

    Le film est suffisamment divertissant pour que je lui mette la moyenne :)

  • #8

    Avel (vendredi, 12 août 2016 10:10)

    Ah tient, moi j'y jetterai bien un oeil à ce film !
    Jamais entendu parler en tout cas...merci de la découverte.

  • #9

    Roggy (vendredi, 12 août 2016 12:46)

    Mais de rien ! J'espère que le film te plaira malgré tout :)

  • #10

    2flicsamiami (dimanche, 14 août 2016 08:54)

    Alien, Cube, Event Horizon, on mélange tout, et on a un énième DTV.
    Sur le coup, j'y ai cru, à Julie Pietri :)

  • #11

    Roggy (dimanche, 14 août 2016 10:56)

    Tu as bien résumé la situation ! Quant à notre chanteuse des années 80, c'est vrai qu'elle a un nom d'actrice :)

  • #12

    princecranoir (vendredi, 19 août 2016 07:08)

    Chouette rapport lieutenant Roggy ! M'est avis que je ne vais pas aller ramper de sitot au secours de cet ersatz d'Aliens, trop peur d'y croiser en plus Herbert Leonard.

  • #13

    Roggy (samedi, 20 août 2016 12:53)

    Pour le plaisir, pourquoi pas :)

  • #14

    ChonchonAelezig (mardi, 23 août 2016 10:53)

    Si j'ai l'occasion... pourquoi pas ?

  • #15

    Roggy (mardi, 23 août 2016 23:25)

    C'est exactement ça :)