658 chroniques de films

  26 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Smoking on a T-Rex
Smoking on a T-Rex
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

CONTAGION

 

GENRE : Fièvre acheteuse

REALISATEUR : Steven Soderbergh

ANNEE : 2011

PAYS : USA

BUDGET : 60 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Matt Damon, Jude Law, Kate Winslet...

 

RESUME : Une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe… Au Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, des équipes se mobilisent pour tenter de décrypter le génome du mystérieux virus, qui ne cesse de muter. Le Sous-Directeur Cheever, confronté à un vent de panique collective, est obligé d’exposer la vie d’une jeune et courageuse doctoresse. Tandis que les grands groupes pharmaceutiques se livrent une bataille acharnée pour la mise au point d’un vaccin, le Dr. Leonora Orantes, de l’OMS, s’efforce de remonter aux sources du fléau. Les cas mortels se multiplient, jusqu’à mettre en péril les fondements de la société, et un blogueur militant suscite une panique aussi dangereuse que le virus en déclarant qu’on "cache la vérité" à la population…

 

MON HUMBLE AVIS

Steven Soderbergh, cinéaste éclectique (Sexe, mensonges et vidéo, Traffic, Ma vie avec Liberace) réalise ici un totalement anxiogène sur l'apparition d'un virus mortel et destructeur à l'échelle mondiale. Porté par une pléiade de stars, Contagion déploie son scénario implacable à l'image du virus qui se transmet au simple contact entre personnes.

Pourtant, ce n'est pas qu'un film catastrophe, même s'il rappelle le récent World War Z dans sa construction. Il montre aussi comment une pandémie mondiale a des conséquences politiques et financières sur les États et a fortiori sur les populations. Car le sujet de Contagion est bien la gestion de la crise par les autorités gouvernementales et la confection d'un vaccin par les laboratoires pharmaceutiques. On se situe rapidement dans un schéma de parano virale transmis via Internet par le personnage incarné par Jude Law qui dénonce l'omerta des Etats et la façon dont l'industrie des médicaments s'approprie le malheur des humains.

Pour montrer l'ampleur de la maladie, Soderbergh n'hésite pas à faire mourir très rapidement certains personnages principaux connus ou à les enfermer pendant que les populations commencent à se déchirer et à se battre pour la nourriture et les médicaments. C'est à ce moment-là, que Contagion devient un film politique montrant les enjeux de la découverte d'un antivirus qui ne peut être produit au départ qu'en très petite quantité. Le Gouvernement américain étant obligé d'organiser une loterie.

Le réalisateur en profite aussi pour dénoncer la propagation de la rumeur qui attise les velléités anti-étatiques. On retrouve ici un sujet actuel et récurrent notamment dans les séries télés US, comme par exemple House of Cards. Au passage, il n'oublie pas d'égratigner les concepteurs et les utilisateurs des réseaux sociaux symbolisés par un Jude Law qui se revendique comme un chevalier blanc, mais dont la popularité grandissante le transforme en véritable gourou, engrangeant les millions de dollars grâce à son blog.

Au final, Contagion s'avère réussi dans les grandes largeurs. On pourra peut-être trouver la 1ère partie un peu longuette et répétitive avec les contaminations successives, mais ces moments didactiques auront pour but de préparer la seconde partie qui tend vers un film politique et sur l'économie de la pandémie.

 

NOTE : 4 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 18
  • #1

    Princécranoir (vendredi, 18 avril 2014 22:11)

    Même longueur d'onde sur cette "Contagion" qui en effet, n'est pas sans avoir engendré une très similaire épidémie zombiesque. Habile variation sur le thème de la contagion qui touche autant les corps et les esprits (virus de l'information, psychose du complot). Le petit défaut du film tient sans doute à son caractère choral qui incite à la comparaison entre les segments de vie proposés à l'écran. La partie plaçant Marion Cotillard en otage n'est sans doute pas la meilleure et plombe un peu l'ensemble.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 19 avril 2014 11:32)

    D'accord avec toi, la pastille sur Marion Cotillard ne sert pas à grand chose...

  • #3

    alice in oliver (dimanche, 20 avril 2014 08:00)

    Il m'avait laissé un peu sur ma faim celui là mais on a vu pire...

  • #4

    Moskau (dimanche, 20 avril 2014 12:35)

    Pas fan du cinéma de Soderbergh, mais j'avais particulièrement apprécié Contagion. Un peu trop de "stars" au casting, des acteurs moins connus auraient peut-être renforcé l'impact du film, mais pour le reste c'est du tout bon.

  • #5

    laseancearoggy (dimanche, 20 avril 2014 20:58)

    Chez Soderbergh, il y a toujours des stars et pour le coup, je ne trouve pas que les stars rendent moins crédibles le film, comme le personnage de Matt Damon, plutôt sobre.

  • #6

    ChonchonAelezig (lundi, 21 avril 2014 12:01)

    Pas fan non plus de Soderbergh. Je n'aime pas sa façon très "docu" de tourner et son avalanche de stars... qui ne sont pas le gage absolu pour un film réussi. Contagion, comme d'autres, m'a pas mal déçue...

  • #7

    laseancearoggy (lundi, 21 avril 2014 13:22)

    Je rejoins ton point de vue, mais je trouve que "Contagion" fonctionne plutôt bien, malgré quelques scories.

  • #8

    Mr Vladdy (mardi, 22 avril 2014 00:36)

    J'ai eu pas mal de mauvais échos sur ce film du coup j'ai hésité à le voir avant de ne pas le voir du tout. Il m'intrigue quand même donc je me dis que je finirais bien par le mater ;-)

  • #9

    laseancearoggy (mardi, 22 avril 2014 19:04)

    En tout cas, faut pas être dépressif lors de la vision, car on ne peut pas dire que ce soit très gai.

  • #10

    alice in oliver (mardi, 22 avril 2014 19:10)

    et dans le genre fin du monde, je te conseille la bombe, Threads et le jour d'après (la version de 1983, pas le machin d'Emmerich hein...)

  • #11

    laseancearoggy (mardi, 22 avril 2014 21:36)

    Merci pour tes conseils. Je n'ai vu que "le jour d'après" et il m'avait traumatisé. J'essaierai de voir les deux autres.
    Moi, j'y ajouterai le cultissime "Soleil vert" et l'ambiance du "dernier survivant", film néo-zélandais de 1985.

  • #12

    alice in oliver (mardi, 22 avril 2014 23:29)

    Soleil Verte est vraiment superbe en effet mais ce n'est pas vraiment un film sur la fin du monde à proprement parler, même si la fin évidemment... J'ai oublié de citer apocalypse 2024: excellent aussi celui là. Et je ne suis pas étonné pour Le jour d'après: il est vraiment traumatisant. Virus le jour de l'extinction est lui aussi recommandable

  • #13

    laseancearoggy (mardi, 22 avril 2014 23:44)

    Effectivement pour "Soleil Vert". Apocalypse 2024 avec Don Johnson et son chien ?

  • #14

    alice in oliver (mercredi, 23 avril 2014 01:04)

    oui, c'est bien celui là

  • #15

    2flicsamiami (samedi, 26 avril 2014 17:38)

    Je partage le même avis que toi sur ce film de contagion que j'apprécie beaucoup pour le regard documentaire qu'il pose sur la propagation du virus. D'accord également sur le segment mené par Mario Cotillard, qui manque de vigueur et d'intérêt.

  • #16

    laseancearoggy (samedi, 26 avril 2014 18:18)

    En même temps, il ne pouvait pas la faire mourir, il avait vu "The dark knight rise" :)

  • #17

    tinalakiller (vendredi, 09 mai 2014 19:47)

    Ca fait un petit moment que je l'ai vu, c'est pas forcément un grand film mais ça reste efficace, intéressant et "divertissant". Après, il y a des parties et des personnages plus intéressants que d'autres.

  • #18

    laseancearoggy (vendredi, 09 mai 2014 21:16)

    Je pense aussi que le film est efficace et se révèle très tendu avec des réflexions politiques.