588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE CONJURING

 

GENRE : Film de trouille

REALISATEUR : James Wan

ANNEE : 2013

PAYS : USA

BUDGET : 20 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Agnès Bruckner, Casper Van Dien, Caity Lotz...

 


RESUME : Conjuring : Les dossiers Warren, raconte l'histoire horrible, mais vraie, d'Ed et Lorraine Warren, enquêteurs paranormaux réputés dans le monde entier, venus en aide à une famille terrorisée par une présence inquiétante dans leur ferme isolée… Contraints d'affronter une créature démoniaque d'une force redoutable, les Warren se retrouvent face à l'affaire la plus terrifiante de leur carrière.

 

MON HUMBLE AVIS :

James Wan est un habitué du genre. Auteur notamment de la saga qui ne s’arrête jamais Saw, il œuvra déjà dans les maisons hantées avec le fort réussi Insidious. Avec ce nouveau film, le réalisateur a fait le buzz sur la toile et a engrangé les pépètes. Il faut dire ce que c’est mérité, tant James Wan prend le temps d’installer son histoire et ses personnages, ancré dans une réalité des années 70, coiffures et vêtements à l’appui.

Se basant soi-disant sur une histoire vraie (c’est toujours vendeur), The Conjuring est un bon film qui rappelle les bandes à l’ancienne et instaure dès les premières minutes une ambiance tendue à souhait. Si le film ressemble beaucoup à Amytiville, il se démarque néanmoins de son illustre aîné en mettant en avant à la fois la famille qui subit les affres de la possession, que les Warren qui sont chargés de conjurer les mauvais esprits, comme si le réalisateur cherchait à donner un caractère concret et cartésien aux événements. Les Warren, même s’ils croient aux démons, revendiquent ouvertement une fibre sceptique quant aux récits surnaturels. D’ailleurs, on profite de la visite, comme dans une fête foraine, d’une pièce de leur maison consacrée à des objets maléfiques. Ces derniers sont stoqués et même exorcisés une fois par mois par un prêtre ! C’est ainsi que l’on découvre la poupée Annabelle (qui rappelle son film Dead Silence) dans la scène inaugurale, parangon d’objet générant une peur immédiate.

James Wan est un cinéaste à l’ancienne, préférant installer une ambiance dans le quotidien, au pris de mises en situations simples et anxiogènes, comme un simple jeu de cache-cache dans la maison. Il n’emploie pas non plus d’effets faciles, de « jumps scares » pour provoquer l’effroi sur un montage et un son violent. La 1ère partie du film montre les agissements progressifs de l’entité au sein de la famille avec apparitions sporadiques, bruits étouffés et enfant somnambule, jusqu’à des rencontres plus dures et plus fréquentes. C’est à ce moment-là qu’interviennent les Warren, elle, médium et lui, l’assistant jusqu’à pratiquer l’exorcisme si nécessaire. Ce duo, particulièrement crédible (on les accompagne dans leur intimité, la relation avec leur fille unique) est l’atout majeur du métrage car ils vont s’investir corps et âmes pour délivrer la famille du fléau qui les menace.

Dans la dernière bobine, les événements s’accélèrent, les fantômes se manifestent jusqu’à un final virevoltant et échevelé (voir les personnages tractés par les cheveux dans les pièces est très impressionnant) avec un ultime exorcisme, un peu pratiqué à la va-vite diront certaines.

La réussite du film vient du fait que le réalisateur parvient à créer une réelle empathie envers la famille et le couple Warren, sans abuser d’effets spéciaux ou de manches. L’angoisse se développe dans chaque élément ou pièce de la maison, portée par une caméra qui accompagne les personnages et le spectateur sans jamais savoir ce qui va arriver. Ainsi, la peur peut naître partout, d’une armoire, d’une porte, d’un simple bruit de mains.

The Conjuring est donc une grande réussite, comparé aux productions d’horreur actuelle, soit très gore, soit jouant sur la surprise pour faire sursauter le premier chaland venu.

 

A noter : un spin-off du film est annoncé centré sur la poupée Annabelle. Et on comprend pourquoi rien qu’à son regard...

 

NOTE : 5 / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires : 6
  • #1

    tinalakiller (samedi, 05 avril 2014 10:59)

    Plutôt une bonne surprise. J'ai trouvé que ça foutait quand même bien les jetons et j'ai beaucoup aimé l'ambiance très seventies.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 11:03)

    Je le rapproche d'Insidious pour l'ambiance et la peur.

  • #3

    Alice In Oliver (samedi, 05 avril 2014 17:05)

    Un bon film de genre même si je suis un peu moins enthousiaste: ça reste quand même très influencé par le cinéma d'horreur des années 80. Impossible de ne pas penser à Poltergeist

  • #4

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014 17:22)

    C'est vrai. J'ai toujours aimé Poltergeist, mais je ne l'ai jamais revu.

  • #5

    Jason Torn (jeudi, 03 juillet 2014 14:48)

    Film trés sympa et bien réussi mais suite à la pub et différents échos que j'ai pu entendre, je m'attendais vraiment à un film qui me foutrait les boules à fond et finalement non... dommage. Beaucoup de trop de chichis autour de ce film pour finalement un truc basique. Mais attention c'est un trés bon film.

  • #6

    laseancearoggy (jeudi, 03 juillet 2014 18:58)

    En y repensant, je suis assez d'accord avec toi sur le côté épouvante qui n'est peut-être si intense que ça. En revanche, c'est effectivement un très bon film.