588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE COLONY

 

GENRE : Scout toujours

REALISATEUR : Jeff Renfroe

ANNEE : 2013

PAYS : Canada

BUDGET : 16 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Lawrence Fishburne, Kevin Zegers, Bill Paxton...

 

RESUME : Contraint par la prochaine ère glaciaire à vivre sous terre, un avant-poste de survivants doit se battre pour préserver l'humanité contre une menace encore plus sauvage que la nature.

 

MON HUMBLE AVIS

Depuis que The Thing de John Carpenter est devenu en quelque sorte le maître-étalon dans le film du thriller fantastico-horrifique sous la neige, difficile de renouveler le genre. Pourtant, The Colony parvient à donner corps à ce concept en développant un univers cohérent.

Le film est divisé en deux parties. Dans la 1ère, on suit le quotidien de survivants dans les profondeurs des décombres d’une ancienne vie aujourd’hui oubliée. Terrés pour se protéger d’une époque glaciaire survenue après un dérèglement climatique, de petits groupes d’humains ont recréée une micro société avec comme seul objectif de ne pas être emportés par la maladie. En effet, la grippe frappe nombre d’entre eux à tel point que les contaminés sont mis en quarantaine ou, dans les cas extrêmes, exécutés pour un Bill Paxton particulièrement sadique.

Si le film renvoie au Snowpiercer de Joon-ho Bong pour le côté neigeux et immaculé d’un monde en fin de vie, The Colony se démarque en prenant le temps de présenter les personnages dont un Lawrence Fishburne entre chef de clan et vieux sage qui tente de conserver les ressources à disposition en se préservant des maladies. Au milieu du métrage, le scénario prend alors un tournant radical avec la réception d’un appel de secours provenant d’une autre colonie de rescapés. Trois membres de la colonie seront donc envoyés sur place pour leur venir en aide. Cette sortie dans un monde dévasté par un froid extrême permet de mettre en lumière des paysages magnifiques de villes abandonnées, notamment grâce à des décors et des effets visuels particulièrement réussis.

A l’arrivée dans l’autre colonie, le film bascule dans l’horreur avec la découverte des conséquences sur les survivants du passage d’une autre tribu, avec à sa tête un chef de clan charismatique et paraissant invincible, qui a des velléités plus que belliqueuses. Sans déflorer la fin du film, cette seconde partie fait alors très fortement penser au très beau 30 jours de nuit de David Slade. The Colony se transforme alors en film d’action bien rythmé où les affrontements sanglants se succèdent au milieu d’un territoire hostile.

Sur le fond, The Colony est très proche de The Dark hour d’Elio Quiroga. Néanmoins, nanti d’un budget plus conséquent, le film de Jeff Renfroe parvient à donner une ampleur et un souffle qui vont crescendo dans la tension et la violence, pour faire de cette petite série B un divertissement des plus recommandables.

 

NOTE : 5 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 0