623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

COLD IN JULY


GENRE : Le sang par le sang

REALISATEUR : Jim Mickle

ANNEE : 2014

PAYS : USA/France

BUDGET : 3 500 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Michael C. Hall, Sam Shepard, Don Johnson...


RESUME : 1989. Texas. Par une douce nuit, Richard Dane abat un homme qui vient de pénétrer dans sa maison. Alors qu’il est considéré comme un héros par les habitants de sa petite ville, il est malgré lui entraîné dans un monde de corruption et de violence.


MON HUMBLE AVIS

Dans le paysage du cinéma indépendant américain, Jim Mickle commence réellement à faire son chemin et à imposer sa patte avec ce 4efilm après les magnifiques Mulberry Street, Stake land et We are what we are. Il adapte ici le roman « Juillet de sang » de Joe R. Lansdale, un polar qui sent bon l’Amérique profonde, les flingues et la sueur. Cold in july est un film gigogne qui progressivement se déploie sur plusieurs dimensions, se mouvant avec allégresse sur les rives de plusieurs genres. Si le film débute comme un home-invasion, il tourne rapidement au polar, au film de vengeance à la limite de l’épouvante. Ce qui est justement intéressant c’est que le métrage joue sur plusieurs tableaux malgré quelques ellipses nécessaires aux changements de registre.

La force du film réside dans son casting de gueules de série B où se côtoie le destin de trois personnages qui n’étaient pas forcément faits pour se rencontrer. Avec en tête de liste Michael C. Hall (Dexter) modeste encadreur de tableaux tranquille dont la vie va basculer suite à un événement tragique. Ce n’est pas un héros, il paraît même assez peureux mais, lentement, son caractère va évoluer et laisser sa part d’ombre prendre le dessus. Surtout lorsqu’il s’accoquine avec Sam Shepard (L'étoffe des héros) en père vengeur dont la seule présence suffit à créer une atmosphère particulière, à l’instar de cette bonne vieille trogne de Don Johnson (Harley Davidson et l'homme aux santiags) détective privé style cow-boy aux méthodes et à la gouaille sudiste. Un trio fonctionnant bien et qui donne un cachet de film noir à ce polar aux antipodes du classicisme.

Sans déflorer l’intrigue, on aurait tort de réduire Cold in july à un seul genre, car c’est un film hybride renvoyant à plusieurs influences. S’il possède les codes du thriller, Jim Mickle prend plaisir à injecter à son récit des figures bien connues de l’épouvante. Porté par une musique synthétiques très 80’s rappelant les heures bénies carpentériennes, on se retrouve dans une ambiance à la New-York 1997 ou plus précisément dans certains slashers comme Halloween ou Vendredi 13, notamment dans une séquence superbe où Sam Shepard apparaît comme l’ombre d’un tueur dans une chambre d’enfant.

Bâti sur des retournements de situations, certes un peu faciles, Cold in july se révèle comme une œuvre ambitieuse qu’on pourrait rapprocher de la série True Detective dans son traitement des rapports sociaux et de la vie dans les campagnes américaines. A la lisière du fantastique, le film sombre dans une atmosphère plus sombre, même glauque avec la découverte de cassettes vidéos. Entre rednecks et faux semblants, la dernière bobine vire au rouge comme un hommage à Sam Pekimpah. Un dernier acte violent qui conclut un polar syncrétique et original. Merci Jim.


NOTE : 5-/6

Écrire commentaire

Commentaires : 24
  • #1

    Rigs Mordo (lundi, 15 décembre 2014 20:44)

    Wow, tu me donnes foutrement la gaule là Roggy. Enfin, ton texte, non pas que je ne te trouve pas sexy, tu l'es bien évidemment, mais pour le coup je suis plus attiré par ta chronique. Ce film a l'air de butter sévère et il faudra que je vois ça à tout prix. Je compte pas trop sur une sortie ciné dans mon patelin mais bon, vu le casting on peut espérer un DVD. Remarque, si c'est pour que Michael C. Hall se choppe la même vf pourrave que dans Dexter, je préfère une bonne VOST de DVD... En tout cas merci Roggy, ça donne putain d'envie, ta putain de chro!

  • #2

    laseancearoggy (lundi, 15 décembre 2014 20:54)

    Ouf j'ai eu peur :) Le film sort en fin d'année ici et je le recommande chaudement (comme tous les films de Jim Mickle qui est pour moi le réal à suivre !). En plus, il y a de fucking acteurs à ce fucking casting. Un fucking film :)

  • #3

    Rigs Mordo (lundi, 15 décembre 2014 21:02)

    J'ai jamais vu un seul Mickle... Comme tu le sais j'achète le Mad chaque mois, avec le DVD, ben il y a eu trois fois ou j'avais pas le DVD avec, Mulberry Street était dans le lot. Stake Land me tentait bien aussi... Je tenterai de réparer ça, là je viens de voir le trailer et putain ça donne envie, quelle musique en plus! Je me jetterai dessus, tu peux en être sûr!

  • #4

    laseancearoggy (lundi, 15 décembre 2014 21:06)

    J'ai aussi bien aimé son remake avec "We are what we are" d'un film mexicain. Maintenant, si Mad ne fait pas bien son boulot...

  • #5

    Dirty Max 666 (lundi, 15 décembre 2014 22:09)

    Ça c'est vrai, tu donnes sacrément envie Roggy ! Les références et les intentions de ce "Cold in July" me parlent au plus haut point (Carpenter, Peckinpah). Je compte bien le découvrir en salle pour la fin de l'année, j'espère qu'il bénéficiera d'une sortie décente.

  • #6

    laseancearoggy (lundi, 15 décembre 2014 22:13)

    Mais de rien Max. J'espère que tu le verras en salle s'il passe près de chez toi, et que tu aimeras ce polar ricain aux influences diverses. J'attends ton avis éclairé (même si tu n'as pas aimé).

  • #7

    ingloriuscritik (lundi, 15 décembre 2014 23:33)

    j'ai hésité avant de lire ta critique ... car voila plusieurs jours déjà que je l'ai coché en tète de ma liste "films a voir en priorité ,même avant le nouveau bob l'éponge " tu imagines ?
    et si parfois je viens chercher chez toi ce petit coup de rein susceptible d'effacer ou au contraire de confirmer des doutes naissant , ou pour un simple avis ...très avisé d'ailleurs , par contre lorsque je me met en position "lion tapis dans l'herbe attendant de sauter sur sa proie et que rien ni personne ne pourra détourner de sa quête (tu conviendras que c'est une position très complexe )" , en clair je veux aller voir ce film , j'ai la peur du spoile ou qu'une plume aussi affutée que la tienne puisse développer des arguments contraires propres a contrarier mon projet (mais pas m'en dérouter , donc ) ;
    très heureux de constater que tu es aussi enthousiaste après visionnage que je puis l’être dans l'attente .... STAKE LAND était plutot bon déja , sinon, je te confirme , mainteant Mad ne fait pas bien son boulot ...mais c'est un autre débat , dont nous avons déja débattu mais i'll be backerai !
    merci pour cette critique , toujours aussi pertinente .

  • #8

    laseancearoggy (mardi, 16 décembre 2014 13:20)

    Justement, j'ai essayé de ne pas spolier le film (moi non plus, je n'aime pas !). Merci à toi d'être passé chez moi pour te faire une idée et j'attends avec impatience ton avis confirmer ou infirmer mes propos. En revanche, pour "Bob l'éponge", tu peux t'abstenir...

  • #9

    2flicsamiami (mardi, 16 décembre 2014 14:39)

    Tout l'inverse que la chronique de Mymp que j'ai lu ce matin sur son blog.

  • #10

    laseancearoggy (mardi, 16 décembre 2014 18:16)

    Je viens d'aller voir son avis et je peux dire que je ne suis pas du tout d'accord avec lui. Les 3 acteurs ne sont pas des brêles en quête de reconnaissance. Mais bon, c'est son avis :)

  • #11

    ChonchonAelezig (mercredi, 17 décembre 2014 11:35)

    Bon à savoir. Franchement, rien que de voir Don Johnson à l'affiche, ça fait peur. Donc, merci pour ce billet. Si j'ai l'occasion, je tenterai. Je ne connais pas ce réalisateur.

  • #12

    laseancearoggy (mercredi, 17 décembre 2014 14:03)

    Mais de rien :) et je pense que le film pourra te plaire. Comme le cinéma de Jim Mickle qui, à mon sens, est un réalisateur à suivre.

  • #13

    Princécranoir (mercredi, 17 décembre 2014 20:48)

    C'te casting (qui a osé dire que Sam Shepard est une brêle !) ! Décidément Mickle est un petit maître qui devrait bientôt accéder à la notoriété qu'il mérite. J'avais comme d'autres été vraiment séduit par le vagabondage périlleux et désespéré de "Stake Land". Mulberru Street attend encore son heure son l'étagère. Après avoir lu ton texte enthousiaste sur ce Cold in July récemment présenté à Cannes, directement sorti des pages de Lansdale (tout comme "la survivante" de Coscarelli), on ne peut pas dire qu'il laisse me totalement froid, bien au contraire !

  • #14

    laseancearoggy (mercredi, 17 décembre 2014 20:56)

    Je suis content si ma chronique t'a réchauffé quelque peu ! Comme toi, je trouve que Jim Mickle est un grand réalisateur et je te conseille aussi "Mulberry Street" qui est son tout premier film. Une petite production bien troussée pour un budget riquiqui. Si tu vas sur le blog de Mymp, tu verras de quoi je parle...

  • #15

    2flicsamiami (jeudi, 18 décembre 2014 10:12)

    Je ne suis pas toujours de son avis, mais c'est un blogueur que j'adore lire pour son style très nerveux et pour ses opinions très souvent à contre courant.

  • #16

    ingloriuscritik (samedi, 20 décembre 2014 11:20)

    ps : hier soir je suis tombé sur arte sur une petit reportage sur le film , avec extraits et B.A. et tout cela démultiplie mon enthousiasme ;avec une mention particulière pour don johnson .
    Par contre , je ne vois pas trop l'intérêt d'un post ou il est fait état de l'avis d'un autre blog , suivi d'un deuxième post ...pour confirmer le 1er .
    2 blogsamis-amis ??! Bref ...

  • #17

    Princécranoir (mardi, 06 janvier 2015 12:43)

    Comme je m'y attendais en lisant ta critique, j'ai pris grand plaisir à voir "cold in July". Le film doit beaucoup à son formidable trio d'acteur. Même si Michael C. Hall n'élargit pas tellement son registre, il est solidement encadré par un Shepard impérial et un Johnson impayable (après sa géniale prestation dans le Tarantino, cet ex-flic de Miami remonte de plus en plus dans mon estime). Mickle devient le nouveau grand amabassadeur de Lansdale au cinéma (après Coscarelli qui lui a consacré deux films), avec en prévision pour cette année une série mettant en scène ses deux héros récurrents Hap et Leonard. Si ça monte au niveau de "Justified" d'après un autre Leonard, ça promet de bien belles chosese ! Voilà qui donne très envie de voir, mais aussi le lire !

  • #18

    laseancearoggy (mardi, 06 janvier 2015 13:30)

    Très content que le film t'ait plu et je suis d'accord avec Michael C. Hall qui est un peu en dessous des autres acteurs. J'apprécie beaucoup le travail de Jim Mickle (et j'encourage tout le monde à voir ses 4 films) et j'espère aussi que son projet de série sera à la hauteur du reste (je ne connais pas pour ma part les œuvres de Landsdale).

  • #19

    Moskau (dimanche, 11 janvier 2015 19:18)

    Un peu moins enthousiaste que toi, mais j'ai néanmoins apprécié ce film. Déconcerté par l'évolution du scénario en cours de route, mais je me suis laissé gagné par l'ambiance.

  • #20

    laseancearoggy (lundi, 12 janvier 2015 19:33)

    Je peux comprendre que tu aies été déstabilisé par les changements de rythme, mais c'est pour cela que personnellement j'ai aimé le film !

  • #21

    Rigs Mordo (jeudi, 20 août 2015 16:07)

    Ayé, je l'ai acheté en dvd et vu! Ben j'ai adoré! C'est magnifique niveau réa, le script est simple mais super efficace (pas d’esbroufe), les acteurs impecs, la zik tue,... Une bombe que je n'aurais sans doute jamais découverte sans ta chronique, alors grand merci Roggy!

  • #22

    Roggy (jeudi, 20 août 2015 20:37)

    Bien content que tu aies vu le film et, surtout que tu l'aies apprécié. Peut-être une petite chronique à venir ?

  • #23

    Rigs Mordo (jeudi, 20 août 2015 21:55)

    Oh non, pas assez dans l'univers du site pour ça, je pense...

  • #24

    Roggy (jeudi, 20 août 2015 22:04)

    Je comprends bien. Dommage; car j'aurai bien aimé lire ta prose ciselée sur le film...