588 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

You talkin' to me?
You talkin' to me?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

LA CHAMBRE INTERDITE


GENRE : Par le trou de la serrure

REALISATEUR : Guy Maddin et Evan Johnson

ANNEE : 2015

PAYS : Canada

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Roy Dupuis, Mathieu Amalric, Udo Kier...


RESUME : L’équipage de ce sous-marin canadien arrivera-t-il à sauver une demoiselle séquestrée par d’étranges créatures ? À quoi rêve la moustache d’un cadavre ? À quoi pense un volcan en éruption ? Et l’amour, dans tout ça ?


MON HUMBLE AVIS

Battu par une pluie continu, Sunrise évolue dans un contexte sombre, loin des amours Comme il l'a expliqué avec déférence et en rendant hommage à Luce Vigo (fille de Jean Vigo) présente dans la salle, Guy Maddin est parti à la recherche des films perdus qui le fascinent depuis toujours. Il les ressemble ici pour leur donner vie au travers de courts-métrages s'imbriquant les uns dans les autres. Guy Maddin est un artiste à la marge du système et qui traîne sa poésie depuis maintenant presque 30 ans par exemple avec sa muse Isabella Rosselini, il invita au voyage dans The saddest music in the world en 2003. Un monde où l'onirisme et la poésie vont de pair.

Si le film peut sembler d'accès difficile, il faut pourtant se laisser porter par la beauté des images iconoclastes et bouillonnantes où l'histoire à que peu d'importance. Sans répit pour le spectateur, les réalisateurs projettent à l'écran une fantaisie visuelle dont un Michel Gondry pourrait être un cousin francophone. Un poésie brute, prenant les rivages de l'absurde pour retomber sur ses pieds par un agencement subtil de ces histoires oubliées et jamais tournées. Guy Maddin leur redonne vie dans un maelstrom d'images cathartiques saupoudrées d'une poésie subtile et décalée, accompagné par un casting prestigieux où on reconnaît notamment Mathieu Amalric, Udo Kier ou Charlotte Rampling.

La chambre interdite devient ainsi le réceptacle de l'imaginaire de Maddin qui proposera toute une palette de visions dadaïstes en rendant hommage à un cinéma du passé. On passe ainsi du cinéma muet en noir et blanc à une imagerie plus contemporaine allant du cinéma de Fritz Lang à Hitchcock. Le film est une mosaïque composé de plusieurs tableaux rappelant les films d'épouvante, de savants fous ou de serials, avec des intertitres jaillissant sur l'écran et de petits cartons de présentation avec le nom des acteurs. Une poésie absurde et comique servie par un déferlement d'images et de sons comme une vraie déclaration d'amour au cinéma. S'il faudra néanmoins s'accrocher pendant les deux heures de projection, La chambre interdite s'avère une inventive curiosité.

 

Note : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 0