623 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
Dis donc, tu viens plus dans les soirées ?
PIFFF 2017
PIFFF 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

THE CANAL

 

GENRE : Saint-Martin

REALISATEUR : Ivan Kavanagh

ANNEE : 2014

PAYS : Irlande

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Rupert Evans, Antonia Campbell-Hugues, Steve Oram...

 

RESUME David, un archiviste de cinéma, découvre sa maison fut le site d'une grave série de meurtres perpétrés par un homme qui tua sa femme infidèle, et noya ses enfants dans le canal d'à côté. David commence à croire que la présence de ce tueur hante sa famille...

 

MON HUMBLE AVIS

The Canal n'est pas un mauvais film en soi. Il convoque à la fois le drame social (les soupçons de David quant à la fidélité de sa femme), les films d'épouvantes récents et même les films de fantômes asiatiques.

La découverte et le visionnage de la bande de 1902 montrant la découverte d'un corps fait forcément penser à Sinister de Scott Derrickson. A partir de là, David (très bon Rupert Evans) commence à tomber dans la folie. Sa femme adultère disparaît et il se met à entendre des bruits et voir des choses. Une ambiance délétère qui se désagrège autour de lui. Ses proches, son fils et la nounou pâtissent de la situation qui ne cesse de s'aggraver.

Le film est rempli de bonnes intentions entre rêves et réalité mais à force de manger à tous les râteliers, Ivan Kavanagh s'enfère dans un jeu schizophrénique, à l'instar de David, dont il aura bien du mal à ressortir. Ainsi, les apparitions sont appuyées par une musique trop forte doublées de jumps scares peut-être inutiles. Son obsession à prouver qu'il voit des fantômes en tournant avec la caméra de 1902 est une assez bonne idée car elle permet de faire apparaître des êtres venus d'un autre temps, et surtout des bobines asiatiques (les femmes aux longs cheveux noirs, dont une sortira d'un mur).

Dommage que la fin soit si prévisible et explicative. Un dernier acte qu'on avait vu venir bien avant le dénouement pour un film qui a du mal à conserver sa ligne directrice malgré les efforts du scénario et l'abattage des acteurs.

 

Note : 3+ / 6

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0