621 chroniques de films

  25 chroniques de séries

Ma pin-up du mois

C'est qui le plus fort ?
C'est qui le plus fort ?
Etrange festival 2017
Etrange festival 2017
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque
Soirée "Enfants méchants" à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

L’AIGLE DE LA 9ème LEGION

 

GENRE : Le sang du glaive

REALISATEUR : Kevin MacDonald

ANNEE : 2011

PAYS : UK / USA

BUDGET : 25 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Channing Tatum, Jamie Bell, Donald Sutherland...

 

RESUME : En 140 après J.-C., l’Empire romain s’étend jusqu’à l’actuelle Angleterre. Marcus Aquila, un jeune centurion, est bien décidé à restaurer l’honneur de son père, disparu mystérieusement vingt ans plus tôt avec la Neuvième Légion qu’il commandait dans le nord de l’île. On ne retrouva rien, ni des 5 000 hommes, ni de leur emblème, un Aigle d’or. Après ce drame, l’empereur Hadrien ordonna la construction d’un mur pour séparer le nord, aux mains de tribus insoumises, du reste du territoire. Pour les Romains, le mur d’Hadrien devint une frontière, l’extrême limite du monde connu. Apprenant par une rumeur que l’Aigle d’or aurait été vu dans un temple tribal des terres du nord, Marcus décide de s’y rendre avec Esca, son esclave.

 

MON HUMBLE AVIS

Adapté d’un roman de Rosemary Sutclif, cette 9ème légion romaine a réellement disparu aux abords du mur d’Hadrien et n’a laissé aucune trace. Ce fait historique, jamais élucidé, a donc suscité une histoire fantasmée qui permet d’imaginer le sort des soldats romains.

Contrairement à certains blockbusters américains, le film s’inscrit dans une veine réaliste, austère, presque naturaliste où les paysages de landes et de forêt du nord de l’Angleterre donnent une connotation presque fantasmagorique au lieu. Ce côté réaliste est renforcé par les populations locales qui parlent en langage vernaculaire et sous-titré.

Le casting est sans réelles stars, hormis le bellâtre charpenté et tête de proue Channing Tatum (G.I. Joe, Magic Mike), son esclave Esca (Jamie Bell, qui a arrêté la danse) et Donald Sutherland en mentor. Force est de constater que M. Tatum est crédible en centurion cherchant à retrouver l’honneur perdu de sa famille. A l’instar des soldats romains, il gagne notre estime et sa crédibilité en se muant en chef de guerre et en démontrant sa bravoure dans une 1ère partie où s’affrontent les troupes romaines et les populations locales dans des combats âpres et furieux.

Par la suite, le film devient une aventure intérieure à la recherche de l’étendard romain, l’aigle de la légion, perdu aux confins du mur. A ce moment-là, le film n’est plus une succession de bataille, mais une introspection dans un monde hostile et anxiogène, véritable quête du Graal, à l’instar d’Excalibur, chef-d’œuvre de John Boorman, avec lequel il entretient de véritables similitudes.

Cet attelage hétéroclite, un soldat romain et un esclave briton, s’enfonce dans des territoires obscurs où les populations autochtones (des pictes) ne sont pas des plus accueillantes (dont un Tahar Rahim méconnaissable en chef du clan des phoques). Le mur d’Hadrien semble l’orée de la fin du monde (On pense beaucoup ici à la série Game of thrones) avec des paysages de montagne embrumée et de forêt fantastique peuplée de créatures fantastiques. Kevin MacDonald fait souffler dans son métrage le vent de l’aventure et de l’épopée en créant une véritable mythologie autour de cet aigle perdu. Au plus près de ses acteurs, il n’en oublie pas l’humanité de chacun qui, d’une certaine manière, sont tous à la recherche d’une forme de rédemption. Une autre référence est le film de John MacTiernan Le 13ème guerrier.

La seule réserve concerne la fin du métrage. La dernière bataille est un peu trop vite expédiée est très irréaliste au vue du nombre des assaillants. La dernière scène à Rome est aussi un peu two much à mon goût. Rien de rédhibitoire pour autant pour cet aigle de la 9ème légion qui atteint sans forcer les sommets de l’aventure.

 

NOTE : 5- / 6

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    Deuxième Séance (samedi, 05 avril 2014 11:16)

    Cet aigle m'avait un brin déçu lors de son premier visionnage. Ton billet m'incite à le revoir dès la prochaine occasion, d'un tout autre regard (la référence à "Excalibur" est un argument majeur !)
    Joli blog, je reviendrai.

  • #2

    laseancearoggy (samedi, 05 avril 2014)

    Merci beaucoup pour ton commentaire.

  • #3

    Mr Vladdy (mardi, 08 avril 2014 01:42)

    Je ne l'ai pas encore vu mais il me fait de l’œil depuis un moment. Sachant que nos avis se rejoignent assez souvent dans les grosses lignes je trouve, je lui laisserais sans doute sa chance prochainement ;-)

  • #4

    laseancearoggy (mardi, 08 avril 2014 18:15)

    N'hésite pas, c'est un très bon film !

  • #5

    Princécranoir (mercredi, 16 avril 2014 11:11)

    Absolument pas emballé par ce peplum trop léché et excessivement maladroit dans ses choix de mise en scène.

  • #6

    laseancearoggy (mercredi, 16 avril 2014 11:19)

    Il me semble que pour une fois, la période romaine est envisagée plus d'un point de vue historique que grand spectacle. C'est, pour moi, la force du film (sauf la fin).

  • #7

    Mel (samedi, 24 mai 2014 12:12)

    Je suis d'accord avec toi, je trouve que c'est un excellent peplum. Je trouve l'image très belle, un peu fantasmagorique; les acteurs sont excellents... Quand on compare avec La Dernière Légion, un truc comme ça, qui raconte la même chose, on voit tout de suite lequel est réussi!

  • #8

    laseancearoggy (samedi, 24 mai 2014 20:31)

    C'est vrai que ce film est beaucoup que "La dernière légion" trop hollywoodien au final.